Retour
Odile Armand

Odile Armand

Portrait

Fondatrice de la marque de vêtements, d'accessoires et d'objets de design Odile

Lorsque j’étais enfant, j’ai été élevée en partie par ma grand-mère Odile, passionnée de voyages et polyglote.

Cette femme extraordinaire m’a encouragée à partir une dizaine d’années en Asie. Aujourd’hui, je vis au Portugal et son inspiration, toujours présente, m’a amenée à faire la rencontre d’artisans qui continuent à utiliser des savoir-faire ancestraux.

Je souhaite participer à la sauvegarde de ces métiers et développer des collections d’art de vivre intemporelles et respectueuses de l’environnement.

1
Paris 1.618

Quelle est la genèse de votre projet?

Odile Armand

Faire perdurer des métiers voués à disparaitre grâce à nos collections contemporaines.

2
Paris 1.618

Quels sont vos objectifs en termes de développement durable?

Odile Armand

Pouvoir offrir des produits 100% respectueux de l’environnement, de la conception à la réalisation, en passant par le packaging et l’emballage.

3
Paris 1.618

Quel est votre défi majeur en termes d'amélioration à un horizon de 2 ans?

Odile Armand

Sur les vêtements, trouver des matières respectueuses de l’environnement (recyclées, upcyclées, certifiées bio) à un coût nous permettant de proposer des collections de qualité mais en restant compétitifs face à des marques plus connues.

4
Paris 1.618

Votre définition du "Sustainable Luxury"

Odile Armand

Un produit dont le cahier des charges respecte tant le choix de la matière, sa fonction première et sa capacité à durer dans le temps. Il ne faut jamais dénaturer le produit.

5
Paris 1.618

Pourquoi rejoindre 1.618?

Odile Armand

Pour faire partie d’un réseau dont nous n’avons pas forcément accès mais aussi de pouvoir développer des projets de capsules et collaborations avec des marques / partenaires dans des domaines d’activité totalement différents.

6
Paris 1.618

Il faut choisir ses batailles, quelles sont les vôtres?

Odile Armand

Trouver des artisans car la jeune génération ne veut pas « reprendre le flambeau» ; ce sont des métiers souvent ingrats car physiquement durs et mal payés.

Une solution passe par le rachat de certains de ces ateliers ou alors la mise en place de nos propres ateliers. Dans les deux cas, il faut trouver un financement.

Autres portraits

Frédérique Labadie & Philippe Guillermic

Days of Confidence

Marie Giffo & Marielle Ravily

AB 1882

Kevin Chu

Sugo

Svante Holm & Alban Mayne

Beauty Disrupted

Axel & Alexis Gómez-Ortigoza

Polybion

Odile Armand

Odile

Benjamin Benmoyal

Benjamin Benmoyal

Rui Rocha

Boa Safra

Shouzeng Ye & Shawna Tao

Icicle

Xuan-Thu Nguyen

Paris re Made

Valentine Gauthier

Valentine Gauthier

Bérengère de Lassée

Lastelier

Stéphane Glannaz

Precious Collection

Ségolène Dangleterre

Dangleterre

Marine Braquet & Paule Tenaillon

Nomasei

Nicolas Gerlier

La Bouche Rouge

Laurence Lecocq

Nout

Kevin Germanier

Germanier

Javier Goyeneche

Ecoalf

Frederic Zeimett

Champagne Leclerc Briant

Jean-Christophe Gaven & Christophe Fargier

Oppidum