Retour
Céline Letessier et Amélie-Margot Chevalier

Céline Letessier et Amélie-Margot Chevalier

Portrait

Codirectrices de Parsua, tapis d’édition réalisés comme en Perse aux XVIIe et XVIIIe siècles.

«Il faut sauver la planète» ! « Notre planète brûle » !
Tant d’avertissements malheureusement justifiés…qui doivent nous guider vers une prise de conscience, aussi dans notre manière de vivre notre intérieur.

En 2001, à la création de notre marque de tapis d’édition, Parsua, nous avions déjà à l’esprit le développement durable en créant les « antiquités de demain » : des tapis persans réalisés comme aux XVIIe et XVIIIe siècles, c’est-à-dire avec des laines locales filées à la main, des teintures exclusivement naturelles, un nouage fait par des mains expertes, une patine à l’eau et au soleil, sans jamais avoir recours à l’utilisation de produits chimiques qui ont des répercussions négatives sur l’environnement et sur les personnes qui les utilisent (teintures chimiques, acides, …).

Le concept du Slow-Made est ici un principe : une conception réfléchie, des créations intemporelles, une fabrication dans les règles de l’art.

1
Paris 1.618

Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque/service? ” ou“ Pourquoi ce nom?

Céline Letessier

Nous sommes antiquaires depuis 4 générations (Galerie Chevalier) et vendons à ce titre des tapis anciens. Les beaux tapis anciens se raréfiant sur le marché de l’art, il nous a semblé évident qu’il fallait créer les Antiquités de demain puisque nous adhérions déjà au concept « Antiques are green ».

Le berceau du tapis ancien étant la Perse, une fabrication iranienne était un passage obligé. Le nom Parsua est tout simplement « Perse » en farsi.

2
Paris 1.618

Racontez nous une anecdote propre à votre marque?

Céline Letessier

Nos tapis Parsua sont fabriqués dans des maisons de village, et non dans des manufactures. Dans chaque maison une pièce est dédiée au nouage des tapis.

Chaque fois que nous allons sur place pour suivre la production, nous visitons 10 à 15 maisons par jour. L’hospitalité iranienne étant légendaire et réelle, dans chaque maison nos hôtes nous offrent thé, gâteaux et fruits. La première fois nous avons été émerveillés par cette générosité et cette chaleur humaine. Un refus n’est bien évidemment pas envisageable car serait perçu comme impoli.

A la fin de la journée, nous étions toujours émerveillés mais avec quelques kilos en plus !!

3
Paris 1.618

Quel défi majeur avez vous relevé?

Céline Letessier

Redonner l’envie à des tisserands de travailler avec des teintures naturelles et de la laine filée à la main, comme aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mais aussi de bannir tous les produits chimiques utilisés dans la fabrication actuelle des tapis. Il fallait aussi des artisans capables de nouer des tapis d’après nos cartons intemporels ou contemporains.

Au début ils nous trouvaient un peu fous de partir dans un tel projet et aujourd’hui, presque 20 ans après, ils sont très fiers de contribuer à l’excellence des tapis Parsua, édités par la Galerie Chevalier.

4
Paris 1.618

Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable?

Céline Letessier

Parier sur l’avenir en pensant au respect des personnes et de la planète est toujours une bonne idée.

Etre passionné et humble.

Chaque « bonne » initiative compte.

5
Paris 1.618

Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing?

Céline Letessier

Notre démarche éco-responsable est dans l’ADN de la marque depuis le début, il y a presque 20 ans. Notre discours et manière de faire sont identiques depuis le début.

6
Paris 1.618

Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque?

Céline Letessier

En dehors de la durabilité de nos tapis Parsua, sans le savoir, nous adhérions au concept du Slow- Made : une création réfléchie pour être intemporelle, une fabrication dans les règles de l’art, et donc un temps long pour y parvenir.

Les teintures sont faites par projet, il n’y a pas de stock de laine déjà teinte. Le temps de réalisation est environ de 6 mois pour un tapis de 4 x 3m contre 3 mois au Pakistan, en Inde ou au Népal.

La patine, à l’eau et au soleil, sans produit chimique, peut prendre jusqu’à 2 mois selon l’ensoleillement. Alors que cette étape prend 20 minutes dans les pays cités, en utilisant de l’acide, qui en plus de l’impact environnemental et humain désastreux, endommage la fibre en son cœur et la fragilise avant même que le tapis ait pu servir !!!

Autres portraits

Axel et Alexis Gómez-Ortigoza

Polybion

Marie-Eve Macgoey

Odile

Claudine Reinhard

Dr. Hauschka

Benjamin Benmoyal

Benjamin Benmoyal

Rui Rocha

Boa Safra

Xuan-Thu Nguyen

Paris re Made

Valentine Gauthier

Valentine Gauthier

Bérengère de Lassée

Lastelier

Céline Letessier et Amélie-Margot Chevalier

Parsua

Stéphane Glannaz

Precious Collection

Ségolène Dangleterre

Dangleterre

Marine Braquet et Paule Tenaillon

Nomasei

Nicolas Gerlier

La Bouche Rouge

Laurence Lecocq

Nout

Kevin Germanier

Germanier

Katia Sanchez

Katia Sanchez

Javier Goyeneche

Ecoalf

Frederic Zeimett

Champagne Leclerc Briant

Jean-Christophe Gaven et Christophe Fargier

Oppidum

Camille Jaillant

Olistic The Label

Bartek Białas et Jaromir Dziewic

Avionics

Julien Feuillet

Pikip Solar Speakers

Lilian Thibault

Awake Concept

Ali Rakib

Forweavers

Svante Holm et Alban Mayne

Beauty Disrupted

Shouzeng Ye et Shawna Tao

Icicle