index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618: Why (did you choose) this name?
Kim Yeshi: Norlha means ‘Wealth of the Gods’ it is also what the nomads call their yaks, who provide them with all their needs: milk and butter, meat, hair and khullu. Norlha, which provides jobs with fair wages to the local population, has become a source of prosperity to the village of Ritoma. To the rest of the world, the yak’s precious khullu reveals itself as a fiber with the quality and depth of a hidden treasure combining quality, warmth, softness and beauty.

1.618: Tell us an anecdote related to your brand...
K.Y: Twenty years ago, while I was interviewing the former head of the Tailor Guild in Lhasa, a man in his eighties who had served under the 13th and 14th Dalai Lamas, he related this anecdote: In the sixties, Ngabo, an aristocrat with a high position in the new Chinese ruled administration, was attending an important meeting in Beijing and wanted to impress his new bosses with something uniquely Tibetan. He brought the tailor a piece of yak wool, one that had been hand de-haired, spun and woven, probably a very long time ago, and asked him to make a Mao style jacket from it.
This was the only mention I heard of yak wool cloth, which considering the difficulty involved in it’s processing, was only rarely used.
The story stuck in my mind and helped convince me that it must be a very special fiber, one that was viewed and treated with reverence, and that had somehow been forgotten in the turmoil of history.

1.618: What was the biggest challenge that you managed to take up?
K.Y: The biggest challenge we encountered was moving into an area with no infrastructure or history of running businesses, working with people who had only ever herded and getting them to work so hard and with so much enthusiasm that within a few years, yak khullu, an unknown fiber, had captured the attention of the most prestigious fashion houses in Paris. 

1.618: What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
K.Y: Love and believe in what you do and infect others with your enthusiasm. Don’t be afraid to aim high in the market, as your product has to capture the imagination of those who can afford it. Most importantly, remember to treat your workers well, as only happy people can deliver a sustainably successful product.

1.618: On a personal level, you never start your day without…
K.Y: Never start your day without thinking about things that are beyond everyday concerns

1.618: What is your motto?
K.Y: Always work with happy people... who like what they are doing!

1.618: In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful” ?
K.Y: Something beautiful? Late summer on the Tibetan plateau when the sun comes up over the frosted flowers. Or walking through a herd of yak in the early fall on the squishy soil covered in russet plants, hearing them grunt and move away, then staring from a distance.  

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
K.Y: Training people with no schooling and no experience to become part of a complex, self sustained operation (actually that part was my daughter Dechen’s achievement).
Also, providing employment for women who are single or divorced and young people who don’t want to herd and can’t find jobs, offering them a new opportunity to be self-sufficient while remaining in their own cultural environment; being a motor for innovation that stays linked to tradition.

1.618: Tell us about your main raw materials...
K.Y: Yak wool, hand selected and bought from the herders on a radius of several thousand kilometers on the plateau.

1.618: How did you integrate the social and societal aspects in the cycle of life of your product? How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life?
K.Y: Our raw material is collected by hand in a way that doesn’t harm the animals and manufacturing is done mostly on handlooms that don’t use electrical power. The whole manufacturing process is done in the village itself, employing only local people, bringing and keeping the social benefits in the area.
As described above, we don’t have much of an impact in the first place.

1.618: Why would your brand never be accused of ‘greenwashing’?
K.Y: Because we are completely transparent about how we collect and manufacture our products. We do what we say and we are who we say we are.

1.618: Some particularly exceptional aspects of your brand are…?
K.Y: A great story, a rare fiber, innovative techniques, know-how.

1.618: What’s your brand’s latest news?
K.Y:
A soon to be launched new website, which will introduce the visitor to the world of our products and techniques.

1.618: We selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up?
K.Y: We would like to become a model for development in areas where people face marginalization, where the traditional form of livelihood has little incentive for the younger generation and where few people want to invest in creating opportunity due to a non-existent infrastructure.

1.618: What else would you like our readers to know about you?
K.Y: We are a new model for development! We are not an NGO and we don’t fit the traditional business model, but hover somewhere in between. We believe that we need to fill in all the gaps that prevent people in regions like ours from taking part in the economy of their country, and that takes resources and funding. Once the gaps are filled, we can become a successful business and have a real impact for change. We believe in success, as only a successful business can make a difference.

 

Norlha is primarily a weaving business of yak wool in the nomad village Ritoma, Gansu province, in the autonomous region of Tibet. Norlha defines a new sustainable business model connecting the markets of Western luxury and the Tibetan artisanal offer. The implementation of high value artisanal techniques give the Tibetan nomads sustainable competitive advantage.
Sustainability is considered under the craft angle: making a sustainable craft is making it competitive to face the 21st century.

The overcrowding of rearing on the Tibetan plateau is a consequence to the decline of wool prices and the upheaval of the property system due to Chinese domination. Another consequence is the under-utilization of yak wool due to technical failure to weave these coarse hairs. Farm overcrowding leads to soil erosion, threatening the ecosystem. Norlha wants to break this vicious circle by:
- Stimulation of local employment and training of people.
- Construction of a kindergarten for the employees’ children (capacity: 40 children). Lack of kindergarten is considered a major factor in Tibetan children’s failure at the primary school.
- Medical development: diagnosis and care by a Danish doctor, adoption and promotion of balanced diets in the workshop.
- Future prospects for new generations: integration in the economy.
- Development of different yak wool weaving techniques. Harnessing a new material with high potential: khullu.
- Employee training in Cambodia and Nepal to develop weaving techniques.

- Continued research for future processing innovations of the modern khullu promoting local culture.

 



1.618: Pourquoi (avez vous choisi) ce nom ?
Kim Yeshi: Norlha signifie la ‘“richesse des dieux”. C’est ainsi que les nomades appellent leurs yaks qui leur fournissent tout ce dont ils ont besoin : lait et beurre, viande, laine et le khullu.
Norlha, en offrant à la population locale des emplois durables et rémunérés équitablement, est devenue source de prospérité dans le village Ritoma. Pour le reste du monde, la précieuse laine de yak “khullu” se révèle être une fibre aux propriétés exceptionnelles : qualité, chaleur, douceur et beauté.

1.618: Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
K.Y: Il y a 20 ans, pendant que j’interviewais l’ancien responsable de Tailor Guild à Lhasa, un homme qui a servi le Dalai Lama, m’a racontée cette anecdote : dans les années 60, Ngabo, un aristocrate à haute responsabilité en mission à Beijing voulait impressionner son nouveau chef avec un produit tibétain unique. Il apporta à un tailleur une pièce en laine de yak qui avait été  brossé, tissé et tricoté à la main, probablement il y a longtemps. Il lui demanda d’en faire une veste Mao.
C’est la seul fois que j’ai entendu parler d’un vêtement fait en laine de yak. La laine de yak est rarement utilisée en raison de la difficulté du processus de traitement.
L’histoire m’a marqué et m’a convaincu de la singularité de cette fibre, de celle que l’on doit traiter avec respect et qui est malheureusement tombé dans l’oubli.

1.618: Quel défi majeur avez vous relevé ?
K.Y: Le plus grand défi que nous avons rencontré a été de nous implanter dans une région démunie d’infrastructures par l’absence d’implantation d’entreprise et de travailler avec des personnes sans formations et de les amener à travailler dur et avec enthousiasme. Mais avoir relevé ce défi nous a permis de capter l’attention des maisons de couture parisiennes les plus prestigieuses.

1.618: Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
K.Y: Aime et crois en ce que tu fais et communique cet enthousiasme aux autres. N’ai pas peur de viser haut, surtout quand le produit s’adresse à l’imagination de ceux qui peuvent se le permettre. Le plus important, il faut toujours se rappeler de bien traiter ses travailleurs, car des emplois heureux c’est la clé du succès pour créer des produits véritablement éthiques.

1.618: A titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
K.Y: Je ne commence jamais ma journée sans oublier de penser à quelque chose qui sort des inquiétudes quotidiennes.

1.618: Quelle est votre devise ?
K.Y: Toujours travailler avec des personnes qui ont la joie de vivre... et sont passionnées par ce qu’ils font !

1.618: Devant quelle situation avez vous pensé : “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau !” ?
K.Y: Une chose qui m’émerveille... lorsque tard en été sur le plateau tibétain, le soleil se lève au-dessus des fleurs gelées. Ou lorsque je marche à travers les troupeaux de yaks au début de l’automne sur le sol spongieux, recouvert de plantes rousses, je les entend grogner et s’éloigner de moi, puis je projette mon regard au loin, vers l’horizon.

1.618: Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
K.Y:
Nous sommes particulièrement fiers d’avoir formé notre personnel non scolarisé et sans expérience. Cela a été une épreuve difficile et un investissement durable en lui-même. D’ailleurs, c’est l’accomplissement de ma fille Dechen.
Par ailleurs, fournir un emploi à des femmes célibataires ou divorcées, à des jeunes sans emploi qui ne souhaitent pas être éleveurs, c'est leur offrir une opportunité de devenir autonome tout en restant dans leur environnement culturel. Être un moteur de l’innovation qui reste en lien avec la tradition.

1.618: Parlez nous de vos principales matières premières...
K.Y: La laine de yak est sélectionnée à la main et apporté par les éleveurs sur un rayon de plusieurs milliers de kilomètres.

1.618: Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ? Comment réduisez vous votre impact environnemental ?
K.Y: La matière première est recueillie à la main pour ne pas blesser les animaux. La fabrication se fait la plupart du temps sur des métiers à tisser manuels qui ne demandent pas d'énergie.
Notre activité ne produit donc pas d’impact négatif sur l’environnement.

1.618: Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du ‘greenwashing’ ?
K.Y: Nous sommes entièrement transparents sur nos processus. Nous faisons ce que nous disons et nous sommes ce que nous prétendons être.

1.618: Ce qu'il y a de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
K.Y: Une histoire incroyable, une fibre textile rare, des techniques et savoir-faire innovants.

1.618: Quelles sont les actualités de votre marque ?
K.Y: Une nouveauté ?! un nouveau site internet sera bientôt lancé qui va expliquer aux visiteurs tous nos produits et techniques.

1.618: Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
K.Y: Nous aimerions devenir un modèle de développement dans ces régions où les habitants sont marginalisés, où les habitudes de vie traditionnelles encouragent peu les jeunes générations et où un trop faible nombre de personnes souhaitent investir en raison du manque d’infrastructures.

1.618: Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
K.Y: Nos sommes un nouveau modèle de développement ! Nous ne sommes pas une ONG mais on ne correspond pas non plus au modèle traditionnel de développement, nous oscillons quelque part entre les deux. Nous croyons que notre rôle est aussi de combler les lacunes qui empêchent les gens dans les régions comme la nôtre de prendre part à l'économie de leur pays, et cela demande des ressources et du financement. Une fois ces lacunes corrigées, nous pouvons devenir une entreprise prospère et avoir un réel impact pour le changement. Nous croyons en la réussite, mais aussi que seule une entreprise prospère peut faire la différence.

 

Pour le comité, Norlha est la preuve que l’on peut lier savoir-faire et démarche sociale avec la fabrication de produits hors du commun. Norlha assure 110 emplois à des nomades pour qui le pastoralisme n’est plus une solution viable. Ces emplois évitent les migrations vers les villes en assurant la pérennité d’une activité ancestrale.

Norlha c'est avant tout une entreprise de tissage de la laine de yak dans le village nomade de Ritoma, province de Gansu, une région Autonome du Tibet. Norlha définit un nouveau business model durable reliant les marchés du luxe occidentaux à l’offre artisanale tibétaine. L'implémentation de techniques artisanales différentes à forte valeur ajoutée pour donner aux populations nomades tibétaines un avantage comparatif durable. La durabilité est entrevue sous l’angle artisanal : rendre durable un artisanat, c’est le rendre compétitif pour faire face au 21ème siècle.

La surpopulation des élevages sur le plateau tibétain en réponse au déclin du prix de la laine et au bouleversement du système de propriété suite à la domination chinoise. Répondre à la sous-exploitation de la laine de yak due à la déficience technique pour tisser ces poils rêches. La surpopulation des élevages conduit à une érosion des sols, menaçant l’écosystème. Norlha veut rompre ce cercle vicieux :
- Stimulation de l’emploi local et formation de la main d’œuvre.
- Construction d’un jardin d’enfants pour les enfants des employés (capacité : 40 enfants) ; l’absence d’école maternelle étant considérée comme un facteur d’échec majeur à l’école primaire pour les enfants tibétains.
- Encadrement médical des populations : aide au diagnostic et aux soins par un médecin danois, adoption et promotion de régimes alimentaires équilibrés à l’atelier.
- Perspectives d’avenir pour les nouvelles générations : peuvent s’intégrer à l’économie.
- Développement de techniques de tissage de la laine de yak. Exploitation d’une nouvelle matière à fort potentiel : le khullu.
- Formation d’employés au Cambodge et au Népal pour mettre au point les techniques de tissage.
- Poursuite de la recherche pour des innovations futures sur le traitement du khullu moderne en promouvant la culture locale
.