index - vision - comité - selection/a> - contact

Marine Braquet & Paule Tenaillon
 Founders of Nomasei

 

1.618: What was the trigger for the creation of your brand?
The trigger was the awareness that we had while we were working in a big house. We realized that the industry was taking a route that was not in line with our values and that it also had a negative impact on our personal lives. Witnessing firsthand the damage this industry was causing, we felt that if we stayed it was as if we were endorsing it. So we had to get out and fight to make things change. We created this name because we wanted a name that embodied our values, something that made sense. And our name means 6 hands with this underlying idea of collaboration, of the collective.

Tell us an anecdote related to your brand...
Meeting with our Italian manufacturer who immediately loved the project and with whom we joined because we share the same values and together we are much more agile and impactful. It is certainly the best collaboration of this project. This association makes our daily life easier and allows us to reach an unstoppable quality requirement.      

What was the biggest challenge that you managed to take up?
To have both left the security of our jobs in large companies to take the plunge into the void in order to follow our ideals.  

What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable (luxury) brand?
Making sustainable luxury must be part of the entrepreneur's core values and should not be a marketing asset because in reality it is still difficult. This often gives the impression of being against the flow of others, of the rest of the industry, which is not always easy. It requires a lot of research in terms of sourcing, and these are clearly constraints for the materials, for the suppliers with whom we work, for each detail of the company ... So if this is not a true conviction it is too complex and then it is only partially done (it is what we see in many brands).  

On a personal level, you never start your day without…
Marine: A kiwi and a coffee
Paule: A big coffee while listening to the news on the radio

For nothing in the world you’d want to miss…
Marine: 
The broadcasting of the Olympic games. If I can't be in front of my TV, at least I have to listen to it on the radio.
Paule: An inspiring journey, made of fascinating visits, discoveries and encounters.

What drives you and makes you get up in the morning?
Marine: 
A beautiful blue sky and the idea of living a life in accordance with my values.
Paule: Knowing that I live from my passion and that I lead the life I have chosen.

Which personality inspires you most these days?
Marine: 
Yvon Chouinard the founder of Patagonia.
Paule: The photographer Claude Nori.

What is your motto?
Marine: 
A bird in the hand is better than two in the bush.
Paule: At work we know the worker.

In front of which situation did you think “I have never seen something so beautiful”? 
Marine: 
The raging sea facing the cliffs of Étretat.
Paule: In front of the Abu Simbel temples in Egypt and the paintings of the tomb of Nefertiti.

Some particularly exceptional aspects of your brand are…
Our unbeatable value for money. There is no brand on the market today that has true luxury quality at this price and with this level of aesthetics. Nor does it exist to date in the luxury shoe market with this level of responsibility.  

What’s your brand’s latest news?
We have our new winter collection which we will present at the end of the summer. We are introducing the pre-order system for our new models in order to test them before generating stock.
Another news is the fact that we have decided to work with the 1% for the planet to which we will donate 1% of our results at the end of the year in order to help change environmental practices.
There is also our progress in eco-responsible sourcing: we found a fully recycled and recyclable zip, a new heel material that uses much less water and energy and is recyclable, a bio-plastic sole made from beet and soy waste for our beach slipper. 

1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wished to take up?
Find the time to finalize a social project we have been working on since the genesis of Nomasei and continue all our efforts in connection with the environment to always go further in improvement.    

What else would you like our readers to know about you?
That we are both true luxury shoe experts, Paule has 23 years of experience as a shoe designer and Marine 10 years as a luxury shoes collection manager as well. That our level of requirement is incredible and that our association with our manufacturer allows us to reach it and that it is permanent.
We would also like them to know that they can discover our product in person and meet us at our Paris showroom by making an appointment.

 

Marine Braquet & Paule Tenaillon
Founders of Nomasei

 

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
The great sourcing discoveries that we regularly make thanks to a lot of research and which allows us to improve our product and further reduce its impact.

Tell us about your main raw materials...
Our main raw material is leather, which comes exclusively from Italian tanneries. The origin of the animals is European, Italian, French and Dutch. We pay particular attention to their manufacturing condition, the tanneries' certifications and their human and environmental practices.  

How did you include social aspects in the lifecycle of your product?
The social and societal aspect is at the heart of the way we work, in that the human is central. Respect everyone's time in the creative process, develop skills, respect them and perpetuate them. Working with partners who treat their employees with respect, offer them optimal working conditions as well as satisfactory income levels. In sourcing by staying local around our factory, nothing is outsourced. We know each supplier and their place of work personally and we have proof (thanks to DURC) that each employee is declared, paid correctly and benefits from social security. By working with a factory which favors above all the comfort of its workers by always seeking to improve their working conditions, by doing work if necessary and even building a new factory that takes better account of their well-being.
About the end of life, we are working on a project that will allow us to rehabilitate used shoes as well as recover unsold or samples - which in large houses are generally destroyed - to donate them to young girls who need them to go to job interviews or work. (This project is underway but not yet completed).  

How do you reduce your ecological footprint in the lifecycle of your product? 
At each stage as soon as possible. It starts with designing products that are useful and that do not respond to a trend to become obsolete. The goal is to create something that will last. Create functionality because shoes are useful and that is how they are pampered and preserved. Be demanding on our sourcing by working exclusively with suppliers located 40km around the factory, work only with suppliers who guarantee traceability. Have recycled packaging, ban plastic in our packaging and transport, optimize our transport, etc. In short, being in an economy of means, having an almost frugal approach.  

Why would your brand never be accused of Greenwashing?
Because we have a level of requirement towards ourselves which is such that we do not even communicate enough about everything we do. We forget that it can be marketing assets as it is integrated into our very personal life, and is common sense. Many clients tell us that they are not even aware of our ethics, because we do not put it forward enough.



Marine Braquet et Paule Tenaillon
Fondatrices de Nomasei

 

1.618 : Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque ?
L’élément déclencheur a été la prise de conscience que nous avons eue alors que nous étions en poste en grande maison. Nous avons réalisé que l’industrie prenait une route qui n’était pas en accord avec nos valeurs et que cela avait un impact négatif aussi sur nos vies personnelles. Étant témoins directs des dégâts que provoquent cette industrie, si nous restions, c’était cautionner. Nous devions donc en sortir et nous battre pour faire bouger les choses. Nous avons créé ce nom parce que l’on voulait un nom qui incarne nos valeurs, quelque chose qui ait du sens. Et notre nom signifie 6 mains avec cette idée sous-jacente de la collaboration, du collectif.

Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
La rencontre avec notre fabriquant italien qui a tout de suite adoré le projet et avec qui nous nous sommes associées car nous partageons les mêmes valeurs et ensemble nous sommes beaucoup plus agiles et impactants. C’est certainement la meilleure rencontre de ce projet. Cette association nous facilite la vie au quotidien et nous permet d’accéder à une exigence de qualité imparable. 

Quel défi majeur avez vous relevé ?
Avoir toutes les deux quitté la sécurité de nos postes dans de grandes maisons pour faire le grand saut dans le vide afin de suivre nos idéaux.

Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ? 
Faire du luxe durable doit faire partie des valeurs profondes de l’entrepreneur et ne doit pas être un atout marketing parce qu’en réalité c’est encore un casse-tête. Cela donne souvent l’impression d’être à contre-courant des autres, du reste de l’industrie, ce qui n’est pas toujours facile. Cela demande énormément de recherches en termes de sourcing, et ce sont clairement des contraintes pour les matières, pour les fournisseurs avec lesquels on travaille, pour chaque détail de l’entreprise… Donc si ce n’est pas une véritable conviction c’est trop complexe et alors ce n’est fait que partiellement (ce que l’on voit chez beaucoup de marques).  

À titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
Marine : Un kiwi et un café
Paule : Un grand café en écoutant les infos à la radio.

Pour rien au monde vous ne rateriez...
Marine : 
La diffusion des épreuves de jeux olympiques. Si je ne peux pas être devant ma télé, j’ai au moins la radio.
Paule : Un voyage inspirant, fait de visites, de découvertes et de rencontres fascinantes.

Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
Marine : 
Un beau ciel bleu et l’idée de mener une vie en accord avec mes valeurs.
Paule : Savoir que je vis de ma passion et que je mène la vie que j’ai choisie.

Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ?
Marine : 
Yvon Chouinard le fondateur de Patagonia
Paule : Le photographe Claude Nori

Quelle est votre devise ? 
Marine : 
Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.
Paule : À l’œuvre on connaît l’ouvrier.

Devant quelle situation avez vous pensé : « Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau » ?
Marine : 
La mer déchaînée face aux falaises d’Étretat.
Paule : Devant les temples d’Abu Simbel en Egypte et les peintures de la tombe de Nefertiti.

Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
Notre rapport qualité prix imbattable. Il n’existe sur le marché aujourd’hui aucune marque qui ait une véritable qualité luxe à ce prix et avec ce niveau d’esthétique. Il n’existe pas non plus à ce jour sur le marché de chaussures de luxe avec ce niveau de responsabilité.

Quelles sont les actualités de votre marque ?
Nous avons notre nouvelle collection hiver que nous allons présenter à la fin de l’été. Nous introduisons pour nos nouveaux modèles le système de précommande de façon à tester nos nouveaux modèles avant de générer du stock.
Une autre actualité est le fait que l’on ait décidé de travailler avec le 1% pour la planète à qui l’on reversera 1% de nos résultats en fin d’année afin de contribuer à changer les pratiques environnementales.
Il y a aussi nos progrès en sourcing éco-responsable : nous avons trouvé un zip entièrement recyclé et recyclable, une nouvelle matière de talon qui utilise beaucoup moins d’eau et d’énergie et est recyclable, une semelle en bio-plastique à base de déchets de betterave et de soja pour notre chausson de plage.

Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
Trouver le temps de finaliser un projet social sur lequel nous travaillons depuis la génèse de Nomasei et continuer tous nos efforts en lien avec l’environnement pour aller toujours plus loin dans l’amélioration.

Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
Que Nous sommes toutes les deux de vraies expertes de la chaussure de luxe, Paule a 23 ans d’expérience en tant que designer chaussures et Marine 10 ans en tant que responsable de collection chaussures de luxe aussi. Que notre niveau d’exigence est inouï et que notre association avec notre fabricant nous permet de l’atteindre et qu’il soit permanent. Nous aimerions également qu’il sache qu’il peut découvrir notre produit en personne et nous rencontrer à notre showroom parisien en prenant rendez-vous.

Marine Braquet et Paule Tenaillon
Fondatrices de Nomasei

 

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
Les belles découvertes de sourcing que l’on fait régulièrement à force de chercher et qui nous permettent d’améliorer notre produit et de réduire encore son impact.

Parlez nous de vos principales matières premières...
Notre principale matière première est le cuir qui provient exclusivement de tanneries italiennes. L’origine des animaux est européenne, italienne, française et hollandaise. Nous veillons particulièrement à leur condition de fabrication, aux certifications des tanneries et à leurs pratiques humaines et environnementales.  

Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
L’aspect social et sociétal est au cœur de notre démarche en ce sens que l’humain est central. Respecter le temps de chacun dans le processus créatif, valoriser des savoir-faire, les respecter et les perpétuer. Travailler avec des partenaires qui traitent leurs salariés avec respect, leur offre des conditions de travail optimales ainsi que des niveaux de revenus satisfaisants. Dans le sourcing en restant local autour de notre usine, rien n’est délocalisé. Nous connaissons personnellement chaque fournisseur et son lieu de travail et nous avons la preuve (grâce au DURC) que chaque employé est déclaré, payé correctement et bénéficie de la sécurité sociale. En travaillant avec une usine qui privilégie avant tout le confort de ses ouvriers en cherchant toujours à améliorer leurs conditions de travail en faisant notamment des travaux si nécessaire et jusqu’à construire une nouvelle usine qui prenne mieux en compte leur bien-être.
À propos de la fin de vie, nous travaillons à un projet qui nous permettra de remettre en état les chaussures usées ainsi que de récupérer des invendus ou des échantillons qui dans les grandes maisons sont généralement détruits pour en faire don à des jeunes filles qui en ont besoin pour passer des entretiens d’embauche ou travailler. (Ce projet est en cours mais pas encore abouti).

Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit ?
À chaque étape dès que cela est possible. Cela part d’abord de dessiner des produits qui aient une utilité et qui ne répondent pas à une tendance vouée à devenir obsolète. Le but est de créer quelque chose qui a vocation à durer. Créer des fonctionnalités car les chaussures ont une utilité et c’est ainsi qu’elles sont choyées et conservées.
Être exigeantes sur notre sourcing en travaillant exclusivement avec des fournisseurs situés 40km autour de l’usine, ne travailler qu’avec des fournisseurs qui garantissent une traçabilité. Avoir un packaging recyclé, interdire le plastique dans notre packaging et nos transports, optimiser nos transports…. En somme être dans une économie de moyens, avoir une démarche quasi frugale.

Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
Parce que nous avons un niveau d’exigence envers nous-même qui est tel qu’on ne communique même pas assez sur tout ce que l’on fait. On en oublie que cela peut être des atouts marketing tellement cela est intégré dans notre vie même personnelle, et relève du bon sens.
Beaucoup de clientes nous disent ne même pas être au courant de notre éthique, parce que nous ne la mettons pas assez en avant.