index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618: What was the trigger for the creation of your brand? Why did you choose this name?
Marina Vaptzarov Shrestha:
In 1993 I began creating all kinds of paper products as “Marina Paper”. Obsessed with the qualities of Daphne paper and the idea of making its worth known in Europe, I relentlessly experimented with it in my designs. I created collections that gradually became more refined. Realizing the company name did not reflect this evolution; I replaced “paper” with my maiden name "Vaptzarov", in memory of my Bulgarian father, a nonconformist and eloquent architect and writer, who imparted to me his passion for creativity.

1.618: Tell us an anecdote related to your brand...
M.V. S:
I am always surprised to learn how disconnected the word “handmade” is in people’s mind, with the reality of truly handmade products. Each time someone visits my workshop, they are always surprised to discover all the work that really goes into making one object and they often exclaim, “its truly ALL made by hand!”. That’s when I had the idea to add a story-card to each product, explaining through symbolic hands, each artisan skill that goes into making the product.

1.618: What was the biggest challenge that you managed to take up?
M.V. S:
Back in 1993, the tendency in Europe was to minimize the value of products that were handmade in Asia, giving high-end European production workshops the monopoly. Knowing of the actual high standards and refinement of Nepalese traditions and particularly daphne paper, I wanted to prove that handmade products from Asia could fulfill the standards of quality and finishing found in Europe. Today, I am happy to see that I was successful in bringing products made with Nepalese craftsmanship to the standards of the luxury market.

1.618: What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
M.V. S:
[...] From the very start, make sure you choose to work only with products and raw materials that are already sustainable. Working with limits is actually far more interesting and, as an architect, I experienced that restrictions pushed our creative capacity to its farthest.

1.618: What drives you and makes you get up in the morning?
M.V. S: 
The idea of creating something new.

1.618: Which personality inspires you most these days?
M.V. S: Eckhart Tolle

1.618: In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful!” ?
M.V. S:
The awe-inspiring geology of Mustang (a region on the border of Tibet in Northern Nepal), works of art carved into mountains and gorges from years of erosion, that remind me of Gaudi's creations.

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
M.V. S:
Developing the innovative non-woven material I have named "vegetal leather" as it feels and looks like wrinkled leather but is entirely created from the same sustainable Daphne fibers used to make traditional nepalese paper. It is extremely soft to touch and its textured style has made it a wonderful material to make leather-like blinds, journals and decorative cushion covers. I am still in the process of researching ways to further improve and strengthen it, in the hopes of creating a viable replacement for leather used in wallets, pockets and bags.

1.618: Tell us about your main raw materials...
M.V. S:
All raw materials we use are natural, handmade, sustainable and rich with history. Daphne paper is traditionally handmade in the foothills of the Himalayas where the Daphne bush grows. It regenerates spontaneously and matures in only six years due to its very harvest. The vegetal leather that I have developed is made using these same Daphne fibers. Allo (himalayan giant nettle) and hemp are traditional textiles hand-woven from plants that naturally grow in abundance in Nepal.

1.618: How did you integrate the social and societal aspects in the cycle of life of your product?
M.V. S:
I only design products and their packaging with raw materials that are handmade by traditional artisan communities. In this way I have tried to preserve their cultural heritage. Trained local artisans, who have been around from the very beginning of the company and have stayed on, forming a sort of family, assemble and produce my designs along with their packaging. They receive health benefits, insurance and educational scholarships for their children. All products are natural and very simple to take apart and recycle.

1.618: How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life of your product?
M.V. S:
From the very first stage I make it a point to only work with natural and handmade raw materials that demand little to no energy in making and come from sustainable plants. Choosing to have an entirely artisanal production also largely reduces energy needs. We have taken steps to reduce pollution in production by recycling all paper offcuts, replacing our courier's motorbike with an electrical bicycle and training our suppliers in water filtration methods so that no chemicals are released into the drainage when dying.

1.618: Why would your brand never be accused of ‘greenwashing’?
M.V. S:
Working solely with sustainable raw materials was in the initial approach when I started this project so we did not need to modify our production to make it eco-friendly. And we always try, whenever possible to improve when there is a concern like with the disposal of dyes. It is a question of commitment and integrity, which are at the foundation of the company’s values from the very beginning.

1.618: Some particularly exceptional aspects of your brand are…?
M.V. S:
Marina Vaptzarov products are infinitely rich in form as much as in substance. All products are the combined expression of the ancestral know-how of Nepalese communities in the Himalayas, the sustainable raw materials used and my creative designs. This cultural and sustainable heritage and the beauty of each design are two inseparable aspects that make the brand.

1.618: What’s your brand’s latest news?
M.V. S:
I am considering the possibility of franchise in Europe/USA/Canada. Effectively there is no existing slot for luxury handmade paper products and MV branded stores would be the best way to showcase them.  Our original store is in Kathmandu and sales are always good. As these products are unique in so many ways, they tend to present best together; there is a kind of synergy between them, which creates a very attractive and warm atmosphere.

1.618: We selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up?
M.V. S:
There is a great waste of paper in the luxury hotel and spa sector. We would like to help reduce their environmental impact by working with them, using Nepal’s sustainable heritage and our design experience in proposing sustainable solutions for their amenities and accessories.

1.618: What else would you like our readers to know about you?
M.V. S:
Ever since I travelled through Asia in 1976 and discovered its immensely rich cultural heritage, I have developed a passion for researching creative solutions to preserve these traditions and give them a place in the 21st century through design and product innovation. With the desire to continue this mission beyond Nepal’s borders, I now offer my services as a consultant in the development of sustainable products that capture and preserve local traditions to other companies based in Asia with similar principles.

 

Sustainable development is at the heart of the Marina Vaptzarov activity, from the choice of the raw materials and the suppliers to the methods of manufacturing.

Marina Vaptzarov promotes the development of the local economy by employing Nepalese artisans and highlighting their traditional know-how.

The company also supports the traditional paper manufacturers, weavers of natural fibers and local goldsmiths. 90% of the materials are sourced locally in Nepal and all products are biodegradable from 85% to 100%.

Marina Vaptzarov regularly works with the same suppliers for 10 to 15 years and has established trusted relationships with these communities. These are often family businesses and cooperatives, from different ethnic groups and castes.
Founder educates the employees and business partners to the challenges of sustainable development by showing them the right course of action to protect the environment every day.

Marina Vaptzarov explains on her website all her commitments in terms of sustainable development, which are at the heart of the project from the very beginning.



1.618: Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque ? Pourquoi ce nom ?
Marina Vaptzarov Shrestha:
En 1993, je confectionnais toute sortes de produits en papier sous la marque “Marina Paper". Obsédée par les qualités du papier ‘daphné’ et l'idée de faire connaître sa valeur en Europe, j’expérimentais sans relâche afin de trouver des nouvelles façons, toujours plus sophistiquées de l’inclure dans mes créations. Les collections sont devenues progressivement plus raffinées, au point que le nom de la société ne semblait plus correspondre et je décidais ainsi de remplacer “paper” par mon nom de jeune fille “Vaptzarov”, en mémoire de mon père bulgare, architecte et écrivain réputé pour son anticonformisme éloquent, et qui me transmit le goût de la créativité.

1.618: Racontez nous une anecdote propre à votre marque...
M.V. S:
Je suis toujours surprise d'apprendre combien l’expression ‘fait-main’ ne fait pas réellement écho, dans l'esprit des gens, quant à la réalité du travail que cela nécessite. À chaque nouvelle visite de mon atelier, les personnes sont toujours surprises de découvrir le labeur minutieux que demande un produit artisanal. Ils s’exclament “c’est vraiment réalisé entièrement à la main !”. J’ai donc ajouté une carte-histoire qui illustre par des mains symboliques le nombre de savoir-faire qui font partie de la fabrication d’un produit.

1.618: Quel défi majeur avez-vous relevé ?
M.V. S:
En 1993, l’Europe avait tendance à minimiser la valeur des produits faits-main en Asie, donnant aux ateliers haut de gamme de manufacture européenne le monopole. Connaissant le raffinement et la qualité des traditions népalaises et notamment du papier daphné,  je voulais démontrer que les produits faits-main en provenance d'Asie pouvaient atteindre le même niveau de qualité et de finition qu’en Europe. Aujourd'hui, je suis heureuse de voir que j’ai réussi à amener des produits fabriqués à partir de l'artisanat népalais au niveau du marché du luxe.

1.618: Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
M.V. S:
[...] Dès le début, assurez-vous de faire le choix d’employer uniquement des produits et des matières premières renouvelables. Créer avec des limites est d’autant plus intéressant et, en tant qu’architecte, j’ai souvent remarqué que les restrictions permettent de développer les capacités créatrices au maximum.

1.618: Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
M.V. S:
L’idée de créer quelque chose de nouveau.

1.618: Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ?
M.V. S:
Eckhart Tolle

1.618: Devant quelle situation avez vous pensé: “Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau !” ?
M.V. S:
La géologie impressionnante du Mustang (une région à la frontière du Tibet dans le nord du Népal) ; des œuvres d'art sculptées dans les montagnes et les gorges par l’érosion qui ressemblent à des oeuvres de Gaudi.

1.618: Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
M.V. S:
La création du matériau non-tissé que j’ai nommé “cuir végétal”, pour sa ressemblance à du cuir froissé. Entièrement créé à partir des fibres du daphné, telles celles utilisées dans la fabrication du papier népalais traditionnel, le cuir végétal est extrêmement doux au toucher et son allure froissée en a fait un merveilleux matériau pour la création de stores, de carnets et de housses de coussins décoratifs. Je recherche encore de nouveaux moyens pour l’améliorer et le renforcer, dans l'espoir qu’il puisse un jour remplacer le cuir utilisé pour les portefeuilles, les pochettes et les sacs.

1.618: Parlez nous de vos principales matières premières...
M.V. S:
Toutes les matières premières que nous employons sont artisanales, durables et riches en histoire. Le papier daphné est traditionnellement fait à la main dans les contreforts de l'Himalaya où pousse l’arbuste du daphné. De par sa coupe, il se régénère spontanément et arrive à pleine maturité en seulement six ans. Le cuir végétal que j’ai mis au point est réalisé à partir de ces mêmes fibres. L’Allo (ortie géante de l’Himalaya) et le chanvre sont des textiles traditionnels tissés à la main à partir de plantes qui poussent naturellement et en abondance au Népal.

1.618: Comment avez vous intégré l'aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
M.V. S:
Je conçois toujours les produits et leurs emballages à partir de matières premières artisanales et issues de savoir-faire traditionnels. De cette façon, je soutiens la pérennité du patrimoine culturel des communautés d’artisans. Les artisans locaux formés, qui sont là depuis le début de la société, formant une sorte de famille, vont ensuite assembler tous les produits ainsi que leurs emballages. Ils reçoivent une assurance médicale, un fond de retraite et une bourse d'études pour leurs enfants. Tous les produits sont naturels et très simples à démonter et à recycler.

1.618: Comment réduisez vous votre impact environnemental ?
M.V. S:
Dès la première étape, j’ai choisi de travailler uniquement avec des matières premières naturelles et artisanales, qui exigent peu ou pas d’énergie dans leur fabrication, et proviennent de plantes dont la repousse est rapide. En optant pour une production exclusivement artisanale nous réduisons au minimum les besoins énergétiques. Nous avons également pris des mesures pour réduire la pollution lors de la production en recyclant toutes les chutes de papier, en remplaçant la moto de notre coursier par une bicyclette électrique et en formant nos fournisseurs dans les méthodes de filtration des eaux de teintures pour qu'aucun produit toxique ne soit libéré dans les eaux usées.

1.618: Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du ‘green washing’ ?
M.V. S:
L’approche initiale de ce projet était de travailler uniquement avec des matières premières renouvelables, ainsi nous n'avons pas eu à modifier notre production pour la rendre plus écologique. Et quand c’est possible, nous essayons toujours de trouver des solutions plus écologiques lorsque nous rencontrons un problème, comme dans le cas de l'élimination des colorants. C’est vraiment une question d'engagement et d'intégrité qui font parties des valeurs de l’entreprise depuis le début.

1.618: Ce qu'il y a de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
M.V. S:
Les créations Marina Vaptzarov sont d’une richesse infinie, autant sur le fond que sur la  forme. Chaque produit est l‘association à la fois du savoir-faire ancestral des communautés de l'Himalaya, des matières premières renouvelables et de mon expression créative. Ce patrimoine culturel, les matières premières naturelles et la beauté du design de chaque objet sont les aspects, complètement indissociables, qui composent cette marque.

1.618: Quelles sont les actualités de votre marque ?
M.V. S:
Nous réfléchissons à la possibilité de proposer des franchises en Europe, aux Etats-Unis ou au Canada. Il n’y a à ce jour aucune place dédiée à la papeterie artisanale de luxe et une boutique MV serait le meilleur moyen d’exposer et de mettre en valeur nos collections. Notre boutique d'origine est à Katmandou et les ventes sont toujours croissantes. Comme ces produits sont uniques à bien des égards, leur présentation côte à côte est à leur avantage ; une sorte de synergie les unit, et crée une atmosphère particulièrement attrayante et chaleureuse.

1.618: Nous vous avons selectionné en tant qu'acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
M.V. S:
Le secteur des hôtels et des spas de luxe utilise une quantité énorme de papier. Nous souhaitons les aider à réduire leur impact environnemental en utilisant le patrimoine artisanal du Népal ainsi que notre expérience du design, pour proposer des solutions plus durables pour leurs petits équipements et accessoires.

1.618: Qu'aimeriez vous que nos lecteurs sachent d'autre de vous ?
M.V. S:
Depuis mon voyage à travers l'Asie en 1976, j’ai développé une véritable passion dans la recherche de solutions créatives pour la protection des savoir-faire traditionnels d’Asie, en leur donnant une nouvelle vie au XXIe siècle à travers le design et l’innovation. Souhaitant continuer ce projet au-delà des frontières du Népal, je propose maintenant mes services de consultante en développement de produits qui capturent et préservent les traditions locales pour d’autres entreprises basées en Asie qui suivent les mêmes lignes directrices que la notre.

 

Le développement durable est au cœur de l’activité de Marina Vaptzarov, dans le choix des matières premières et des fournisseurs comme dans celui des méthodes de fabrication.

Marina Vaptzarov favorise le développement de l’économie locale en employant des artisans népalais et en mettant en valeur leurs savoir-faire traditionnels.

L’entreprise soutient également les fabricants de papier traditionnel, les tisserands de fibres naturelles et les orfèvres locaux. 90% des matériaux utilisés proviennent de sources locales au Népal et tous les produits sont biodégradables de 85% à 100%.

Marina Vaptzarov travaille régulièrement avec les mêmes fournisseurs depuis 10 à 15 ans et a établi des relations de confiance avec ces fournisseurs. Ce sont souvent des entreprises familiales et des coopératives, de différentes ethnies et castes.
La fondatrice sensibilise ses employés et partenaires commerciaux aux enjeux du développement durable en leur montrant la bonne conduite à adopter pour respecter l’environnement au quotidien.

Marina Vaptzarov explique sur son site internet tous ses engagements, en termes de développement durable, qui sont au cœur même du projet de départ.