index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618 : What was the trigger for the creation of your brand and why did you choose this name? 
KNGB :  After working for the style office Poliform, in Inverigo, Italie, to develop new products in close collaboration with passionate craftsmen and star designers, we wanted, as soon as we returned to France, to create our own brand with the values that have marked us in Italy.
We developed our
first floor lamp, exhibited in Milan in the Lambrate Zona thanks to the auto-producers constest DIN CONTEST. The enthusiasm of the public there has confirmed our desire to persevere and develop our brand and our collection. The 4 letters KNGB are simply our initials: Kopec Natacha and Gary Berche.

1.618 : Tell us an anecdote related to your brand... 
We both studied at the ESAAT Roubaix for two years, but two years appart. We lived 20 minutes from each other but we met only later in Milan at the Accademia di belle arti di Brera during our Master, and that's where everything started ...

1.618 : What was the biggest challenge that you managed to take up?
It took us many months of research to find a craftsman with a wood lathe big enough to make the bars of our lamp. Without this craftsman, all the ambition we had to work locally and directly with suppliers for the different spare parts would not have been possible. 

1.618 : What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
The quality of materials, assembling & details must always come first and be your priority and the manufacturing cost it generates should come second.

1.618 : On a personal level, you never start your day without...
Centrifuged fruit juice with lemon, ginger and organic seasonal fruits.

1.618 : In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful” ? 
In front of a star-shaped snowflake that landed on our clothes during our first vacation in the mountains.

1.618 : Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of? 
We are proud to be able to exist in the world of design with our method of manufacturing and distribution. Being able to work with a tannery 15 km away from our workshop, to go by ourselves get a piece of wood at our turner, knowing that this same wood has never left our region.

1.618 : Tell us about your main raw materials...
We use wood species from the Haut de France region: oak and ash, as well as Burgundy walnut. We also use oak that is burned by our turner Ludovic Evrard, in order not to use any paint.
Leather is sourced from RADERMECKER, a tannery on the Belgian border. The leather is cut at Techshop in Lille. The metal is shaped in Gondecourt in the Pas de Calais, and the wire is folded in Normandy at AMCS. The cardboard box comes from Carvin in the Pas de Calais. The only foreign element is the textile electric wire that is made in the North of Italy, as we did not manage to find the same quality in France, unfortunately.

1.618 : How did you integrate the social and societal aspects in the life cycle of your product?
Working with artisans of our region saves jobs and preserves irreplaceable know-how. We are training educators in two sheltered workshops near us to have a large portion of our lampshades manufactured by lightly handicapped employees. Our products are designed to be repaired throughout their life, everything is replaceable and recyclable, and the wood is FSC labeled.

1.618 : How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life of your product? 
Working in a short circuit and locally is already a major asset to limit the environmental impact. We work directly with our suppliers and producers which limits the transport between subcontractors or intermediaries. The oils used to feed the wood are made by our turner with linseed oil. We group the electrical wire orders in Italy with other producers to limit transport. We use exclusively vegetable tanned leather. 

1.618 : Why would your brand never be accused of Greenwashing? 
The modus operandi we have chosen allows us to obtain high-quality
products, because they are made by skilled craftsmen with whom we have a friendly relationship today. We insist on the origin of the different components that make up our products to say: « they made this! » In a way, we want to highlight their work and also allow them to reach other customers through us. Our suppliers have been part of KNGB since the beginning. I think that when you start an adventure with such convictions, no one can think that it is greenwashing.

1.618 : Some particularly exceptional aspects of your brand are...?
What is exceptional for us: the clever mix of craftsmanship (shades, hand-turned wood) and modern techniques such as laser cutting and the use of dimmable LEDs, on top of our design that makes the object both very functional and consistent.


1.618 : What’s your brand’s latest news?
Thanks to the help of an investor who shares our social and environmental convictions,  we are growing and becoming « KNGB SAS ». Our ambition is to develop our vision of high-end design on a larger scale to reach a wider audience, sensitive to our approach. In 2018, we will participate in Maison & Objet in January, Art & Decoration in February, Les Puces du Design in April. We are thinking about a new collection.

1.618 : 1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up? 
We want to develop new collaborations with other French craftsmen (glassblowers, stonemasons etc ...) and finalize our collaboration with the sheltered workshops to ensure our business is totally in line with our convictions.

1.618 : What else would you like our readers to know about you? 
We love materials, we love our land and people, our business is small but we get up every morning thinking we are doing the right thing for our customers and our suppliers.    

 

 

 

 

 

 

 



1.618 : Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque et pourquoi avez vous choisi ce nom ? 
KNGB :  Après avoir travaillé dans le bureau de style Poliform, à Inverigo en Italie, à développer des nouveaux produits en étroite collaboration avec des artisans passionnés et des designers stars, nous avons eu envie, dès notre retour en France de créer notre marque avec les valeurs qui nous ont marquées en Italie. Après avoir développé notre premier lampadaire, nous avons exposé à Milan dans la Zona Lambrate grâce au concours DIN CONTEST réservé aux auto-producteurs. L'engouement du public a confirmé notre volonté de persévérer et développer notre marque et notre gamme. Les 4 lettres KNGB sont tout simplement nos initiales : Kopec Natacha et Gary Berche.

1.618 : Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
Nous avons étudié tous les deux à l'ESAAT de Roubaix pendant deux ans, mais en décalé de deux ans. Nous habitions à 20 minutes l'un de l'autre mais nous nous sommes seulement rencontrés par la suite à Milan, à l'Accademia di belle arti di Brera, pendant notre Master, et c'est là que tout a commencé...

1.618 : Quel défi majeur avez vous relevé ?
Nous avons cherché pendant de nombreux mois pour trouver un artisan avec un tour à bois assez grand pour réaliser les barres de notre lampadaire. Sans cet artisan, toute l'ambition que nous avions de travailler en direct et en local pour nos différentes pièces n'aurait pas été possible.

1.618 : Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
La qualité des matériaux, des assemblages et des détails doit toujours rester une priorité par rapport au coût de fabrication qu'ils engendrent.  

1.618 : A titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
Un jus de fruit centrifugé chaque matin à base de citron, gingembre et fruits de saison bio.

1.618 : Devant quelle situation avez vous pensé : “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau” ?
Devant un flocon de neige en forme d'étoile qui s'est posé sur nos vêtements lors de notre premières vacances à la montagne.

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ? 
Nous sommes fiers de pouvoir exister à notre échelle dans le monde du design avec notre mode de fabrication / distribution. Travailler avec une tannerie à 15 km de notre atelier, ou encore aller chercher notre pièce de bois chez notre tourneur, sachant que ce même bois n'a jamais encore quitté la région.

1.618 : Parlez nous de vos principales matières premières... 
Nous utilisons des essences de bois de la région Haut de France : le chêne et le frêne, ainsi que du noyer de Bourgogne. Nous utilisons également du chêne brûlé par notre tourneur Ludovic Évrard pour ne pas utiliser de peinture.
Le cuir est sourcé chez RADERMECKER, une tannerie à la frontière belge. Le cuir est découpé au Techshop de Lille. Le métal, quand à lui, est mis en forme à Gondecourt dans le Pas de Calais, et le fil métallique est plié en Normandie chez AMCS. La carton d'emballage provient de Carvin dans le Pas de Calais. Le seul élément  étranger est le fil électrique textile qui est fabriqué dans le Nord de l'Italie, et qui a une qualité que nous n'avons pas réussi à trouver en France malheureusement.

1.618 : Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ? 
Travailler avec des artisans de la région permet de conserver des emplois et des savoir-faire irremplaçables. Nous sommes en train de former des éducateurs dans deux ateliers protégés de notre région pour fabriquer une grande partie de nos abat-jours par des employés handicapés légers. Nos produits sont conçus pour être réparés tout au long de leur vie, tout est remplaçable et recyclable et le bois est labelisé FSC.

1.618 : Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit ? 
Le fait de travailler en circuit court et en local est d'ores et déjà un atout majeur pour limiter l'impact environnemental. Nous travaillons exclusivement en direct avec nos fournisseurs et producteurs, ce qui limite les transports entre sous-traitants et intermédiaires. Les huiles utilisées pour nourrir le bois sont fabriquées par notre tourneur avec de l'huile de lin. Nous regroupons les commandes de fils électriques en Italie avec d'autres producteurs pour limiter les transports. Nous utilisons exclusivement du cuir tannage végétal.

1.618 : Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
Le mode de fonctionnement que nous avons choisi nous permet d'obtenir des produits de grande qualité, parce qu'ils sont faits par des artisans qualifiés avec qui nous entretenons une relation aujourd'hui amicale. Nous insistons sur la provenance des différents éléments qui composent nos produits pour dire : « ce sont eux qui font ça! » D'une certaine manière, nous voulons les mettre en valeur et aussi leur permettre de toucher d'autres clients grâce à nous. Nos fournisseurs font partie de KNGB, depuis le début. Je pense que lorsqu'on démarre une aventure avec de telles convictions, il est impossible de penser que l'on fait du Greenwashing.

1.618 : Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
Ce qui est pour nous exceptionnel : le savant mélange du travail des artisans (abat-jours, bois tourné à la main) mixé à des techniques modernes tels que la découpe laser et l'utilisation de LED dimmables, et notre design qui rend l'objet très fonctionnel et cohérent.

1.618 : Quelles sont les actualités de votre marque ?
Avec l'aide d'un investisseur qui a les mêmes convictions sociales et environnementales que nous, nous grandissons et devenons KNGB SAS. Nous avons pour ambition de développer notre façon de concevoir le design haut de gamme à plus grande échelle pour toucher un public plus large, sensible à notre démarche. En 2018, nous participerons à Maison & Objet en Janvier, Art & Décoration en Février, les puces du design en Avril. Nous sommes en train de réfléchir à une nouvelle collection.

1.618 : Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
Nous souhaitons développer de nouvelles collaborations avec d'autres savoir-faire français (souffleurs de verre, tailleurs de pierre etc...) et conclure la collaboration, qui n'est pas évidente, avec les ateliers protégés, pour obtenir une démarche totalement cohérente avec nos convictions.

1.618 : Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
Nous aimons les matières, nous aimons notre terre et les gens, notre entreprise est petite mais nous nous levons chaque matin en nous disant qu'on agit bien, pour nos clients et pour nos fournisseurs.