index - vision - comité - selection/a> - contact

Héloïse Schapiro
 Founder of Héloïse & Abélard

 

1.618: What was the trigger for the creation of your brand?
Héloïse Schapiro: 
Named Héloïse in reference to Héloïse d'Argenteuil and the story of the two lovers of the Middle Ages, I founded Héloïse & Abélard in 2019 after ten years of professional experience Place Vendôme. Surrounded since childhood by women passionate about history and jewellery, I discovered early on the notion of circular jewellery, the idea that a piece of jewellery is transmitted from mother to daughter, that it is reborn over time and according to the desires of the women who wear it. In collaboration with a small Parisian jewellery workshop, in 2015 I created my first piece of jewellery on my own: my engagement ring, set with old-cut diamonds that belonged to my mother and that I am reusing. As the years go by, so do the jewels and the idea evolves, while the ethical issues of the industry combined with the strong growth of the jewellery market increasingly raise questions for me. At the end of 2019, surrounded and supported by a few experienced Parisian craftsmen, I founded Héloïse & Abélard in order to express in my ethical and circular jewellery the ideal of freedom of the two Parisian lovers. Héloïse & Abélard offers a new responsible alternative on the jewellery market. Nothing is lost, everything is transmitted: why not reuse gold and diamonds, which are rare and eternal materials? H&A is the first Parisian jewellery house based on the upcycling of diamonds and gold. Romantic, vintage-inspired, our ethical jewellery has an assertive style: delicate, airy, feminine.

Tell us an anecdote related to your brand...
I got a thousand of them! Hard to choose! Spontaneously, I want to talk about a few projects that are fairly representative of the soul of my young brand and what drives me.
One is that of a woman who asked me to transform her engagement ring that she no longer wears into 3 Heloise & Abelard rings for her and her daughters, with the support of her husband. The other is from a young girl who asked me to reinterpret her grandmother Paulette's ring into a more modern version, which we have engraved with Paulette's name. I am also thinking of two key encounters: that of the craftsman-jeweller who has been working with me since the first day, and that of the stone expert who accompanies me in the search for old-cut diamonds in Paris and in France. These two pillars trusted me and followed me in this crazy and complex adventure. Indeed, each antique cut diamond is unique because it has been cut by hand: it is impossible to standardise the manufacturing process, to produce in series. We select our diamonds one by one, we manufacture each jewel one by one, without having the certainty of being able to manufacture the same aesthetic several times. At Héloïse & Abélard, creativity is born from the constraint of sourcing.      

What was the biggest challenge that you managed to take up?
The major challenge was to manage to surround myself with excellent craftsmen, on board to manufacture in Paris unique pieces at a very reasonable price. A lot of time, passion, and know-how was therefore put into making unique pieces or very small series. A demanding and unprofitable production in the short term, a model that is, let's say, quite "grocery".
The challenge is also to be able to source old cut diamonds of good quality and in the desired dimensions. We spend an enormous amount of time appraising, sorting and selecting. In "modern" jewellery, all you have to do is order batches of diamonds of a certain quality, specifying the desired dimensions: they are all entrusted to you perfectly identical (laser-cut), so they can go directly to the diamond-setter. We choose the diamonds one by one, it is time consuming but that is what motivates us day after day.

What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable (luxury) brand?
Go for it. Without asking questions, take it one step at a time.
I started in 4 months, telling myself I'm trying with my savings and we'll see if I can sell a few pieces at Christmas? In the end, what is the risk taken beyond the committed savings? And the orders arrived immediately, then the press, then the proposals, the opportunities, from one thing to another.
I do everything by instinct today, I try, I adjust, step by step.  

On a personal level, you never start your day without…
Hugging my kids, doing a little yoga, listening to the radio and drinking coffee.

For nothing in the world you’d want to miss…
The opportunity to travel to the end of the world.

What drives you and makes you get up in the morning?
The desire to live intensely, passionately, the need to "bite into life".

Which personality inspires you most these days?
In all honesty I'm a little confused at the moment, I don't think I admire anyone in particular, I'm trying to move forward in my own way as best I can in these confusing times.

What is your motto?
"Lou tems passo, passo lou ben" or "Time passes, pass it well"
This is the motto of the village of Dieulefit in the Drôme, where I spend all my summers, my family has been there for generations.

In front of which situation did you think “I have never seen something so beautiful”? 
In front of many situations!
In front of the final scene of Ravel's Boléro at the Opéra Bastille a few years ago. Moved to tears by the lascivious rolling and endless ritornello of the dancers. The uniform, repetitive melody, this endless round, so pure, so sweet, so intoxicating.
The same sensation more recently in front of Giselle in the opera Garnier, a romantic ballet par excellence: vaporous tutus, whiteness and softness invade the stage.
Also in front of the Namib Desert, the oldest desert in the world in south-western Namibia. The climatic conditions have been the same for 80 million years. With its huge orange dunes that flow into the Atlantic Ocean, the Namib is one of the most mythical deserts in the world. In front of the Himbas tribes also, people met in the north of the country.
Or again in Senegal, in front of the families, the children. I have been going to Senegal since I was a child with my parents. It is a country of adoption, Casamance, the island of Gorée, the women, the cheerfulness: this country subjugates me. My son's godmother lives in Dakar, so we have a good excuse to go there every year.

Some particularly exceptional aspects of your brand are…
Héloïse & Abélard is the only Parisian jewellery house founded on the upcycling of gold and antique diamonds. H&A offers a new ethical and committed alternative on the jewellery market. Tradition, excellence of Parisian know-how and at the same time a rather organic and direct approach on social networks, DTC model (no wholesale).  

What’s your brand’s latest news?
A presence at the Joyce Gallery for some time before the summer to welcome my clients in a sublime place.
New models, wedding rings for the bride and groom, full of new content and a thousand ideas every minute. Interviews with different blogs too! 

1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wished to take up?
Conquering more and more customers, making Héloïse & Abélard known, but more generally the ancestral concept of circular jewellery and the idea that a vintage piece of jewellery can be transformed and relived from generation to generation, if it is taken in hand by the right people.    

What else would you like our readers to know about you?
That I receive by appointment in the Marais, that taking an appointment online is super simple on heloise-abelard-joaillerie.fr and that we manufacture within 2 weeks! The magic of the short circuit.

 

Héloïse Schapiro
 Founder of Héloïse & Abélard

 

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
Héloïse Schapiro: 
Managing to bring back to life old diamonds and jewels that have been abandoned because they are out of fashion. Forgotten, put aside, denigrated: we reenchant them, they live again thanks to us! In the end, it's like giving birth!

Tell us about your main raw materials...
Our production is manual, and is done in the Marais in a small workshop handed down from generation to generation. With the 9th, the Marais is a traditional cradle of jewellery, having welcomed nobles and mansions before the advent of the Place Vendôme and the migration of the "big" workshops. Local manufacturing therefore means that our jewellery is made from A to Z between 3 streets of the Marais, we are all side by side. We find our old cut diamonds in Paris, some were also submitted to us by customers in the provinces. Our recycled 18 karat gold is also melted in the Marais district, there are still beautiful treasures nestled in small streets.  

How did you include social aspects in the lifecycle of your product?
We work in short circuit and everything is made in Paris in the Marais. I manage the design, the manufacturing, the communication, the finance. I collaborate with a jewellery craftsman and an expert in stones for the jewellery. Everyone lives from his passion, believes in the project, our prices are fair, our approach is transparent and authentic. Our goal is to make beautiful ethical jewellery made in Paris and to live healthy from our profession. Slowly but surely, simply. I deliver my jewellery in person and meet my clients one to one. The proximity and intimacy of the jewel is at the heart of my brand.  

How do you reduce your ecological footprint in the lifecycle of your product? 
We use recycled 18 karat gold and antique cut diamonds from the 18th and 19th century. We don't feed the extraction, we reuse what is already there and set aside. Upcycling is more than appropriate for gold and diamonds which are rare, eternal, natural materials. We work to offer sustainable and committed jewellery, desirable above all but ethical in essence. Circular jewellery has existed since the birth of jewellery, we have tended to forget this in recent decades with the standardization of the sector, and the abundance of diamonds available. We have everything we need around us, and there will soon be no more gold and diamonds, so why not focus on what we already have? Our ancient diamonds do not travel around the world between mines, lapidaries, auction houses etc... They are right next to us, close at hand. The 18 karat recycled gold is of the same quality as the extracted gold, it is remelted from old jewellery, computer components etc... It is as pure as any other gold. Our ecological footprint is therefore greatly reduced by our atypical sourcing.
In short, being in an economy of means, having an almost frugal approach.  

Why would your brand never be accused of Greenwashing?
Because I didn't make it up, and I'm not an activist. I'm putting forward the concept of circular jewellery, which has existed since the Middle Ages. Jewellery is an object of pleasure, a part of oneself, it embodies our personality, our femininity, it must above all be desirable, trigger an emotion. My vocation is to make beautiful jewellery, trying to reconcile the beautiful and the good. Everyone moves forward with his own sensitivity, many ethical alternatives exist, the customer must choose what makes him vibrate and corresponds to his values, his vision of the world and the future.



Héloïse Schapiro
Fondatrice de Héloïse & Abélard

 

1.618 : Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque ?
Héloïse Schapiro : Prénommée Héloïse en référence à Héloïse d'Argenteuil et à l’histoire des deux amants du Moyen-Âge, j’ai fondé Héloïse & Abélard en 2019 après dix ans de vécu professionnel Place Vendôme. Entourée depuis l’enfance de femmes passionnées d'histoire et de joaillerie, je découvre tôt la notion de joaillerie circulaire, l’idée qu’un bijou se transmet de mères en filles, qu’il renaît au fil du temps et au gré des envies des femmes qui le portent. En collaboration avec un petit atelier de joaillerie parisien, je crée seule en 2015 mon premier bijou : ma bague de fiançailles, sertie de diamants taille ancienne qui appartenaient à ma mère et que je réutilise. Les années passent, les bijoux aussi et l’idée chemine, alors que les enjeux éthiques de la filière combinés à la forte croissance du marché de la joaillerie m’interrogent de plus en plus. Fin 2019, entourée et soutenue par quelques artisans parisiens chevronnés, je fonde Héloïse & Abélard afin d’exprimer dans ma joaillerie éthique et circulaire l’idéal de liberté des deux amants parisiens. Héloïse & Abélard propose une nouvelle alternative responsable sur le marché de la joaillerie. Rien ne se perd, tout se transmet : pourquoi ne pas réutiliser l’or et les diamants qui sont des matières rares et éternelles ? H&A est la première maison de joaillerie parisienne fondée sur l’upcycling des diamants et de l’or. Romantiques, d’inspiration vintage, nos bijoux éthiques ont un style affirmé : délicat, aérien, féminin.

Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
J’en ai mille ! Dur de choisir ! Spontanément j’ai envie d’évoquer quelques projets, assez représentatifs de l’âme de ma jeune marque et de ce qui m’anime.
L’un est celui d’une femme qui m’a demandé de transformer sa bague de fiançailles et qu’elle ne porte plus en 3 bagues Héloïse & Abélard pour elle et ses filles, avec le soutien de son époux. L’autre est celui d’une jeune fille qui m’a demandé de réinterpréter la bague de sa grand-mère Paulette en une version plus moderne, que nous avons elle-même gravée du nom de Paulette. Je pense aussi à deux rencontres clefs : celle de l’artisan-joaillier qui travaille avec moi depuis le premier jour, et celle de l’expert pierres qui m’accompagne dans la recherche de diamants taille ancienne à Paris et en France. Ces deux piliers m’ont fait confiance et m’ont suivi dans cette folle aventure complexe. En effet, chaque diamant taille ancienne est unique car il a été taillé à la main : impossible de standardiser la fabrication, de produire en série. Nous sélectionnons nos diamants un par un, nous fabriquons chaque bijou un par un, sans avoir la certitude de pouvoir refabriquer plusieurs fois la même esthétique. Chez Héloïse & Abélard, de la contrainte du sourcing naît la créativité. 

Quel défi majeur avez vous relevé ?
Le défi majeur a été de parvenir à m’entourer d’artisans d’excellence, partants pour fabriquer à Paris des pièces uniques à un prix très raisonnable. Beaucoup de temps, de passion, de savoir-faire sont donc mis en œuvre pour réaliser des pièces uniques ou de toutes petites séries. Une fabrication exigeante et peu rentable à court terme, un modèle disons assez « épicier ».
Le défi est aussi de parvenir à sourcer des diamants taille ancienne de belle qualité et dans les dimensions souhaitées. Nous passons énormément de temps à expertiser, trier, sélectionner. En joaillerie « moderne », il suffit de commander des lots de diamants d’une certaine qualité en précisant les dimensions souhaitées : ils vous sont confiés tous parfaitement identiques (taillés au laser), ils peuvent donc partir chez le sertisseur directement. Chez nous, nous choisissons les diamants un par un, c’est chronophage mais c’est cela qui nous anime jour après jour.

Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ? 
Foncer. Sans se poser des questions, avancer petit à petit.
Je me suis lancée en 4 mois, en me disant je tente avec mes économies et nous verrons bien si j’arrive à vendre quelques pièces à Noël ? Finalement quelle est la prise de risque au-delà des économies engagées ? Et les commandes sont tout de suite arrivées, puis la presse, puis de fil en aiguille des propositions, des opportunités.
Je fais tout à l’instinct aujourd’hui, je tente, j’ajuste, pas à pas.  

À titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
Câliner mes enfants, faire un peu de yoga, écouter la radio et boire un café.

Pour rien au monde vous ne rateriez...
L’opportunité de voyager au bout du monde.

Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
La vie. Le désir de vivre intensément, passionnément, le besoin de « croquer la vie » à pleines dents.

Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ?
En toute honnêteté je suis un peu perdue en ce moment, je crois que je n’admire personne en particulier j’essaie d’avancer à ma façon du mieux possible dans cette période si confuse.

Quelle est votre devise ? 
"Lou tems passo, passo lou ben"  ou « Le temps passe, passe-le bien ».
C’est la devise du village de Dieulefit dans la Drôme, dans lequel je passe tous mes étés, ma famille y est présente depuis des générations.

Devant quelle situation avez vous pensé : « Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau » ?
Devant de nombreuses situations !
Devant la scène finale du Boléro de Ravel à l’Opéra Bastille il y a quelques années. Emue aux larmes devant l’enroulement lascif et la ritournelle infinie des danseuses, la mélodie uniforme, répétitive, cette ronde sans fin, si pure, si douce, si enivrante.
Même sensation plus récemment devant Giselle à l’opéra Garnier, ballet romantique par excellence : tutus vaporeux, blancheur et douceur, envahissent la scène.
Devant également le désert du Namib, le plus ancien désert du monde dans le sud-ouest de la Namibie. Les conditions climatiques sont les mêmes depuis 80 millions d’années. Avec ses immenses dunes orange qui se jettent dans l’océan Atlantique, le Namib est l’un des déserts les plus mythiques du monde. Devant les tribus Himbas également, peuple rencontré au nord du pays.
Ou encore au Sénégal, devant les familles, les enfants. Je vais au Sénégal depuis que je suis enfant avec mes parents et j’y ai converti mon mari. C’est un pays d’adoption, la Casamance, l’île de Gorée, les femmes, la gaieté : ce pays me subjugue. La marraine de mon fils vit à Dakar, nous avons donc une bonne excuse pour y aller tous les ans.

Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
Héloïse & Abélard est l’unique maison de joaillerie parisienne fondée sur l’upcycling de l’or et de diamants anciens. H&A propose une nouvelle alternative éthique et engagée sur le marché de la joaillerie. Tradition, excellence du savoir-faire parisien et en même temps approche assez organique et directe sur les réseaux sociaux, modèle DTC (pas de wholesale).

Quelles sont les actualités de votre marque ?
Une présence à la Joyce Gallery pendant quelques temps avant l’été pour accueillir mes clients dans un endroit sublime.
De nouveaux modèles, des alliances pour les futurs mariés, plein de nouveaux contenus et mille idées à la minute. Des interviews avec différents blogs aussi !

Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
Conquérir de plus en plus de clients, faire connaître Héloïse & Abélard mais plus généralement le concept ancestral de joaillerie circulaire et l’idée qu’un bijou vintage peut se transformer et revivre de génération en génération, s’il est pris en main par les bonnes personnes.

Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
Que je reçois sur RDV dans le marais, que la prise de RDV en ligne est super simple sur heloise-abelard-joaillerie.fr et que nous fabriquons dans un délai de 2 semaines ! La magie du circuit court !

Héloïse Schapiro
Fondatrice de Héloïse & Abélard

 

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
Héloïse Schapiro : Parvenir a redonner vie à des diamants et des bijoux anciens délaissés car démodés. Oubliés, mis de côté, dénigrés : nous les réenchantons, ils revivent grâce à nous ! Finalement, c’est comme un accouchement !

Parlez nous de vos principales matières premières...
Notre fabrication est manuelle, et se fait dans le Marais dans un petit atelier transmis de génération en génération. Avec le 9ème, le Marais est un berceau traditionnel de la joaillerie. Il a accueilli nobles et hôtels particuliers avant l’avènement de la Place Vendôme et la migration des « gros » ateliers. Fabrication locale donc c’est-à-dire que nos bijoux sont fabriqués de A à Z entre 3 rues du Marais, nous sommes tous côte à côte. Nous trouvons nos diamants taille ancienne à Paris, quelques-uns nous ont été soumis aussi par des clients en province. Notre or recyclé 18 carats est fondu également dans le quartier du Marais, il y a encore de beaux trésors nichés dans de petites rues.

Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
Nous travaillons en circuit court et tout est fabriqué à Paris dans le Marais. Je pilote le design, la fabrication, la communication, la finance. Je collabore avec un artisan joaillier et un expert en pierres pour les bijoux. Tout le monde vit de sa passion, croit au projet, nos prix sont justes, notre approche transparente et authentique. Notre objectif est de fabriquer de beaux bijoux éthiques fabriqués à Paris et de vivre sainement de notre métier. Doucement mais sûrement, simplement. Je livre mes bijoux en main propre et rencontre mes clients en one to one. La proximité et l’intimité du bijou est au cœur de ma marque.

Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit ?
Nous utilisons de l’or 18 carats recyclé et des diamants taille ancienne datant du XVIII et XIXème siècle. Nous n’alimentons pas l’extraction, nous réutilisons ce qui est déjà là et mis de côté. L’upcycling est plus qu’à propos pour l’or et les diamants qui sont des matières rares, éternelles, naturelles. Nous travaillons pour proposer une joaillerie durable et engagée, désirable avant tout mais éthique dans le fond. La joaillerie circulaire existe depuis la naissance du bijou, nous avons eu tendance à l’oublier ces dernières décennies avec la standardisation du secteur et l’abondance des diamants disponibles. Nous avons tout ce qu’il faut autour de nous, et il n’y aura bientôt plus d’or et de diamants, donc pourquoi ne pas se concentrer sur ce que nous avons déjà ? Nos diamants anciens ne voyagent pas dans le monde entier entre les mines, les lapidaires, les places de ventes etc… ils sont à côté de nous, à portée de main. L’or recyclé 18 carats est de même qualité que l’or extrait, il est refondu de bijoux anciens, composants informatiques etc… Il est aussi pur que tout autre or.  Notre empreinte écologique est donc largement réduite par notre sourcing atypique.

Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
Parce que je n’ai rien inventé, et ne suis pas militante. Je remets en avant le concept de joaillerie circulaire qui existe depuis le Moyen-Âge. Le bijou est un objet de plaisir, une part de soi, il incarne notre personnalité, notre féminité, il doit avant tout être désirable, déclencher une émotion. Ma vocation est de faire de beaux bijoux, en essayant de concilier le beau et le bien. Chacun avance avec sa propre sensibilité, de nombreuses alternatives éthiques existent, le client doit choisir ce qui le fait vibrer et correspond à ses valeurs, à sa vision du monde et du futur.