index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618: What was the trigger for the creation of your brand? or Why (did you choose) this name?
Hamethop: The first thing...
The story is very simple. I travelled quite a bit with work. One day in UK, I wanted to buy presents for my family. I went shopping, and then I realized there weren’t any African brands. “Oh my goodness, that is crazy!” I thought.  “That doesn’t make any sense”!
So I felt an urge to create something. According to the representation of Africa in the world, I thought that we had so much to offer to the world. The continent suffers from a lack of representation and has been deprived of ownership.

I brainstorm... If we had to represent ourselves, how would it be? What would we have to showcase to the world? Definitely craftsmanship! Wherever in Africa, Mozambique, Senegal and South Africa... you can see people using their hands! People have been beading for century! Their skills are amazing!

The second...

Our market is invaded with cheap things with bad quality products. I wanted to show the luxury we have here in Africa. In Africa, we see all the time craftsmanship everywhere. I think that when you see something all the time, you start being tired of it. You don’t see its value anymore. The consequence is that those artisans have to struggle to make a living. 
So I decided to create products that value the artisans, showcasing the African crafts skills in a different way and honour the continent.

Another thing, I also realised that Africa is really a sustainable continent. We are very organic in the way we work. I like that!  

Hamethop means the flourishing of the African culture.

1.618: What was the biggest challenge that you managed to take up?
H: Manufacturing was the biggest challenge. It takes a long time to find the right production.  A lot of manufacturers have closed down because of the arrival of Chinese ones. That is why I decided to work with pensioners.

The other challenge was the sustainable sourcing. If you want everything fast, easy and cheap, then you won’t find a sustainable sourcing.  The beauty of this journey is to find a remnant of this kind of suppliers, peoples wanting to do well, slow and good.

1.618: What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable (luxury) brand?
H: Take your time! Because everything in nature takes time!
If you really want something sustainable and valuable, allow yourself to take time! How ever small it might be, you brought change in the community!

1.618: On a personal level, you never start your day without…
H: Drinking something from senegal, kinkinliba, organic tea.

1.618: For nothing in the world you’d want to miss…
H: My son’s birthday

1.618: What drives you and makes you get up in the morning?
H: The idea of going to the studio! WE really create amazing things! My life is based on my studio!

1.618: What is your motto?
H: My motto changes everyday!

1.618: Which personality inspires you most these days?
H: I love Ulyana Sergeenko these days!

1.618: In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful”?
H: There is an artist called Mary Sibande. Her artistic performance, “The Reign”, is absolutely wonderful!

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of? 
H: Definitely, having built sustainable sourcing and manufacturing processes!

1.618: Tell us about your main raw materials... 
H: At Hamethop, we use leather and natural cotton. Both of them are produced in South Africa. The quality of the leather is high. We wanted to make sure that the products last long. The most interesting aspect is that this leather is a by-product of the meat industry.  I also like the natural durability of the leather, its aging process. Our leather follows a natural process in order to keep it as beautiful as it is. Leather is an incredible material for storytelling!

1.618: How did you integrate the social and societal aspects in the cycle of life* of your product/service?
H: We pay fair wages. We try to bring more skills into the artisans. Our brand becomes a platform to preserve these skills, to be showcased no being undermined. Actually I define myself more like a social entrepreneur.

1.618: How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life of your product?
H: We produce in very small quantities and vegan tan leather. We do not waste to limit our environmental impact. The main part is the energy used at the factory. In South Africa, they did a lot to be more sustainable. They even enforced it by law. Now we are limited and forced to pay attention to save our energy and monitor the consumption.

1.618: Why would your brand never be accused of Greenwashing? 
H: We are such small atelier, that we shouldn’t be accused of greenwashing!

1.618: Some particularly exceptional aspects of your brand are…?
H: Inevitably the craftsmanship! We give a refreshed aspect to the amazing skills of the weavers. We bring innovation to old traditions!

Africa has a unique hand of how we create. We strive to showcase the beauty of our continent!

1.618 : What’s your brand’s latest news?
H: It’s youuuu guys!

1.618 : 1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up?
H: I see our company as a bridge that will enable social change. We predominately work with local artisans, it is my desire to grow our global partnerships that will enable our local artisans to honor their skills.

1.618 : What else would you like our readers to know about you?
H: I am a closet dancer!



1.618 : Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque et pourquoi avez vous choisi ce nom ? 
Hamethop : La première chose…
L’histoire est simple. J’ai longtemps voyagé grâce au travail. Un jour, au Royaume-Uni, je souhaitais acheter des cadeaux pour ma famille. C’est alors que j’ai réalisé qu’il n’y avait aucune marque africaine. « Mon dieu, c’est fou ! » j’ai pensé, « cela n’a aucun sens ! »

J’ai donc ressenti un urgent besoin de créer quelque chose. Au vu de la représentation qu’a l’Afrique dans le monde, je me suis dit que nous avions tant à offrir. Le continent souffre d’un manque de représentation.
J’y réfléchis beaucoup… Si nous avons à nous représenter, quel serait le domaine le plus représentatif ? Qu’est ce que l’on a à offrir au monde ? Définitivement le savoir-faire !  Où que ce soit en Afrique, Mozambique, Sénégal ou encore Afrique du Sud… les gens travaillent tous avec leur main ! Depuis des siècles les artisans brodent leur tissu ! Leur savoir et compétence sont incroyables !

La seconde…

Notre marché est envahi avec des produits très peu chers et de qualité médiocre. Je souhaitais montrer le luxe que nous avons ici en Afrique. Nous avons beaucoup d’artisans, que l’on peut rencontrer à chaque coin de rue, et il est facile de se lasser de ce que l’on voit sans cesse. On ne remarque alors même plus la valeur et la beauté des créations et du savoir-faire. Par conséquence ces artisans doivent se serrer la ceinture pour vivre correctement.
Voilà comment j’ai décidé de créer des produits qui revalorisent ces travailleurs, mettant en valeur les métiers d’art africains d’une manière différente et rendant hommage à ce beau continent.
Une dernière chose. J’ai réalisé que l’Afrique est réellement un continent vraiment responsable. Tout notre travail est basé sur un mode de production durable. J’adore !

Hamethop signifie la prospérité de la culture africaine.

1.618 : Quel défi majeur avez vous relevé ?
H : La fabrication a été le plus grand défi. Cela prend vraiment beaucoup de temps de trouver le meilleur moyen de production. Beaucoup d’ateliers et entreprises ont fermé à cause des fabricants chinois. C’est pourquoi j’ai décidé de travailler avec des retraités.

L’autre défi était le sourcing responsable. Vous ne pourrez pas y avoir recours si vous souhaitez que tout aille vite, facilement et peu cher. La beauté de cette aventure a été de rencontrer les « survivants » de ce mode d’approvisionnement, des fournisseurs faisant les choses bien, plus lentement mais extrêmement bien.

1.618 : Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
H : Prenez votre temps ! Parce que tout ce qui est naturel prend du temps !

Si vous voulez vraiment quelque chose de durable et de valeurs, autorisez-vous de prendre du temps. Aussi petit que cela peut être, participez au changement dans la communauté !  

1.618 : A titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans...  
H : Boire une boisson sénégalaise, le kinkinliba, un thé organique. 

1.618 : Pour rien au monde vous ne rateriez... 
H : L’anniversaire de mon fils.

1.618 : Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
H : Mon envie d’aller au studio ! Nous faisons vraiment des choses extraordinaires ! Ce studio, c’est ma vie !   

1.618 : Quelle est votre devise ?
H : Elle change tous les jours !

1.618 : Quelle personnalité vous inspire le plus en ce moment ?
H : J’aime beaucoup Ulyana Sergeenko ! 

1.618 : Devant quelle situation avez vous pensé : “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau” ?
H : Il y a une artiste appelée Mary Sibande. Sa performance artistique, « Le Règne », est absolument incroyable ! 

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ? 
H : Avoir mis en place des modes de production et fabrication responsables, sans hésitation ! 

1.618 : Parlez nous de vos principales matières premières... 
H : Chez Hamethop, nous utilisons du cuir et du coton naturel, tous deux produits en Afrique du Sud. Nous utilisons du cuir de très grande qualité. On tient à s’assurer que nos produits durent longtemps. L’aspect le plus important est que le cuir provient de dépouilles animales et que le tannage est végétal, afin de garder le cuir aussi beau qu’il l’est déjà. C’est un vecteur incroyable d’histoires !

1.618 : Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit/service ? 
H : Nous tenons à verser des salaires justes. Nous essayons aussi d’apporter plus de compétences à nos artisans. Notre marque devient alors une plateforme de préservation de ces savoir-faire, pour le promouvoir plutôt que l’enterrer. En fait je me définis plus comme  une entrepreneure sociale. 

1.618 : Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit/service ? 
H : Nous produisons en très petite quantité. Nous de jetons rien afin de limiter notre impact environnemental. La majeure partie est l’énergie consommée par notre usine. En Afrique du Sud il y a beaucoup d’initiatives pour être de plus en plus responsables. Elles sont d’ailleurs renforcées par la loi. Nous sommes ainsi limités et devons payer grande attention à la façon dont on peut économiser l’énergie et réguler la consommation. 

1.618 : Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
H : Nous sommes un si petit atelier qu’on ne pourrait être accusé de Greenwashing !

1.618 : Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
H : L’artisanat et le savoir-faire indubitablement ! Nous donnons un aspect moderne à toutes les techniques ancestrales de nos tisserands. Nous apportons de l’innovation à la tradition !

L’Afrique possède une façon unique de créer. Nous nous efforçons de montrer toute la beauté de notre continent !

1.618 : Quelles sont les actualités de votre marque ?
H : C’est vouuus !

1.618 : Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
H : Notre entreprise est telle un pont vers le changement sociétal. Nous travaillons principalement avec des artisans locaux, et je souhaite faire grandir nos partenariats internationaux qui leur permettront d’honorer leur savoir-faire comme il se doit. 

1.618 : Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
H : Je suis une piètre danseuse !