index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618: What triggered the creation of your brand and whyt did you choose this name? 
Elseways: ELSEWAYS another way of doing things and behaving, getting into different moods, discovering unexpected practices … ELSEWAYS means taking the time to discover the know-how of innovative artisans, it means getting off the beaten track and seeking those secret side roads that are the only alternative to today’s superhighways of consumerism. We all know where those superhighways lead… over the cliff.

1.618: Could you tell us an anecdote related to your brand?
E: « Life is a wonderfull improvisation . Looking for arestaurant that we have just advised, along the baroques façades of a village Under the méditerranéen sun, going between the dry stone walls and the olive trees to join the bottega of a partner and finally get lost in places where « Tom Tom » doesn’t exist.
Laughing and laughing in front of a sign road saying « tuute le direzzioni » and of course not following the indicated direction. Singing loud and clear Nina Simone « I feel good » or tasting the energetical pizzica-rock of The Nidi D’arac… The road to collect our collection was full of happy unforseens, but we have always respected a rite : « provide an update in the middle of the sea, off into the Sunset, in the bay of San G…(Chut, it’s our secret !) 

1.618: What was the biggest challenge that you have managed to take on?
E: Our ambition was to put happy consumption together with happy production. To place on our shoulders a linen stole, to discuss a play of colors, to observe the finishing of a piece of jewelry, to focus on a powerful or delicate gesture… OUR CHALLENGE has been that every Elseways product or service is the result of close collaboration between the design studio and partners. Estheticism is an essential part of creation.
BIO is beautiful and modern, not vintage or old fashioned!

1.618: What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
E: We don’t think competition. Our goal is to take initiatives that generate synergies and make us stronger. Adapt our business model as we create new ways of production. Share values and create value that can be redistributed fairly.

1.618: What drives you and makes you get up in the morning?
E: Other people. The feeling of doing something useful. The feeling of progress. Hedonism and curiosity. The search for a song, a countryside, a seashell, a new friend. Beautiful stories, to be read or written.

1.618: What is your motto?
E: Alas… So, onwards it is! (Vladimir Jankélévitch)

1.618: What situation made you think: “I have never seen something so beautiful”?
E: Not easy to rank the situations or pin one down. Sometimes there is a neat alignment between what is seen and what is perceived. This makes gives you a feeling of esthetic plenitude, formalized in the mind… sometimes after the fact. (A violent evening storm two years ago, the raging sea, the gnarled treetrunks of Henrique Oliviera at the Palais de Tokyo museum in Paris, the Holiday Trilogy directed by Giorgio Strehler, La Pietà of Michelangello each time, the banks of the Nile seen from the felucca, the unexpected dive of a whale, that face in sleep…)

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to overcome are you most proud of?
E: Having succeeded in bringing into a single collection different products of Puglia, bringing together through shared values of environmentally and socially sustainable, each of which the best the region can offer in his or her field. Having convinced them to create a bond with each other in order to promote a tight-knit and forward-looking image. Having created a model that can be replicated in other regions.

1.618: Tell us about your main raw materials...
E: Our raw materials will vary greatly depending on the craft. Wood, iron, hemp, ceramics, terra cotta, linen, cotton, vegetables and fruits…We always give precedence to recycled materials: our roaming general store, a veritable stores wagon of the travelling salesman, will be constructed of such materials. Many of our partners have specialized in their use. As for our natural products, we require close monitoring of their sourcing to ensure local production, and wherever needed, to ensure proper biological production conditions.

1.618: How have you integrated social and societal aspects into your product/service’s life cycle? 
E: At each step of the way we are careful about our social and societal footprint. We select our partners on this criterion, mixing in consumer awareness, fair pricing, equitable distribution of value, positive impact on the passing on of skills, local employment, weaving of inter-generational bonds across borders…

1.618: How do you reduce the environmental impact throughout your products’ life cycles?
E: Our travelling general store will be designed in taking into account its impact on the environment, which we strive to reduce by choosing and their packaging properly, and by reducing our use of energy. Our products are not Km zero, but all come from the European area: the means of shipping products here and there will be closely studied, at the most 5400km from the north to the south of Europe, 1372.50 kilo equiv. CO2 by automobile// Emissions of 201.02 kilo equiv. CO2 by train). For instance, we will be using a shipping again that uses sail power for his boat…

1.618: Why would your brand never be accused of greenwashing?
E: We were not doing business before Elseways.

1.618: Some particularly exceptional aspects of your brand are...?
E: Our value proposition is innovative, dynamique, sustainable and ever-evolving.
We are telling the story of a region, we are building interest and curiosity for an area that has a strong cultural identity. Ours is a complete whole, whose parts speak to each other: the foods speak to local dishes; our lamps to book; our music to wine…
Through the use of new technologies, virtual and in-the-flesh encounters complement each other. Our community’s members discover and meet their European neighbors in their genuine environment and participate in getting a certain art de vivre better known in the world.

1.618: What’s the latest news on your brand?
E: We have been “incubating” at the Paris Pionnières incubator since October 2016.
Before that we went through the BGEParif incubator program called “sustainable social solidarity” up to August 2016.
In 2017 the Elseways Tours will make its debut, covering several major European cities and presenting its “Irrestible Puglia” collection.

1.618: 1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take on?
E: Our next challenge will be the emergence of an Elseways community generated by our travelling store in Europe, as well as by our website’s activity and via social media that will develop new digital experiences for networking and purchases, and a crowdfunding event early 2017.
The opening of the Masseria this summer and the likely participantion in the opening of two new spaces in Italy will keep us busy for the coming months.

1.618: What else would you like our readers to know about you?
E: That we, the two co-founders of Elseways, are deeply attached to the principle of respect, that we work with joy, that we have confidence in the world that we are striving to improve, that we believe that together men and women of good will comprise a force that can change the world.



1.618 : Pourquoi avez vous choisi ce nom ?
Elseways : Elseways autres chemins, routes de traverse, sentiers secrets… Autres façon de faire, modes différents, pratiques inattendues … Elseways signifie prendre le temps, découvrir des savoir-faire mobilisés de façon innovante et participer à la multiplication des voies secondaires seules alternatives aux autoroutes de la surconsommation qui nous conduisent directement et à grande vitesse… dans le mur. Une preuve qu’Elseways est alternatif ? On trouve le mot dans des œuvres littéraires mais pas dans le dictionnaire britannique.

1.618 : Racontez nous une anecdote propre à votre marque/service ?
E : « la vie est une géniale improvisation » : chercher LE restaurant que l’on vient de nous conseiller en longeant les façades baroques d’un centre ville écrasé de soleil, couper entre les murs de pierres sèches et les oliviers pour rejoindre au plus vite la bottega d’un partenaire et se perdre dans des lieux où TomTom n’arrive jamais, éclater de rire devant le panneau récurent « Tutte le direzzioni » et surtout ne pas suivre la direction indiquée , chanter à tue tête « I feel good » de Nina Simone ou se saouler de Pizzica-Rock des Nidi D’Arac… La route pour réunir notre collection Puglia fut remplie de joyeux imprévus. Mais nous avons scrupuleusement respecté un rite : toujours faire le point en mer. Notre « bureau » préféré avec vue sur le coucher de soleil : la baie de San G...

1.618 : Quel défi majeur avez vous relevé ?
E : Une ambition : faire que la consommation heureuse rencontre la production heureuse ! Poser sur nos épaules une étole précieuse en lin, discuter jeu de couleurs, vérifier la finition d’un bijou, s’émerveiller d’un geste puissant ou délicat… notre défi : chaque produit ou service Elseways est le fruit de la collaboration étroite entre notre studio design et nos partenaires. L’esthétique est au cœur de chaque process de création. Le bio est beau et ne rime pas forcément avec Babacool en sabots.

1.618 : Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
E : Ne pas concevoir nos actions comme concurrentes mais comme autant d’initiatives combinées qui génèrent des synergies et nous rendent plus forts. Changer notre focus business comme nous faisons évoluer les modes de production. Partager des valeurs pour créer de la valeur et la redistribuer de façon équitable.

1.618 : Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
E : Les autres. Le sentiment d'être utile. Le sentiment de progrès. L'hédonisme et la curiosité. La quête d'une chanson, d'un paysage, d'un coquillage, d'un nouvel ami. Les belles histoires à lire ou à écrire.

1.618 : Quelle est votre devise ?
E : Hélas… Donc, en avant ! (Vladimir Jankélévitch)

1.618 : Devant quelle situation avez vous pensé : “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau” ?
E : Difficile d’isoler et de hiérarchiser. Parfois il y a alignement parfait entre ce qui est vu et ce qui est perçu. Cela contribue à une sensation absolue de plénitude esthétique, formalisée par le cerveau… parfois a posteriori. (Cet orage nocturne violent il y a 2 ans et la mer déchainée, les troncs noueux d’Henrique Oliviera au Palais de Tokyo, la Trilogie de la Villégiature mise en scène par Giorgio Strehler, La Pieta de Michelangello à chaque fois, Les rives du Nil vues de la felouque, le plongeon inattendu d’une baleine, ce visage endormi…)

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?  
E : Avoir réuni dans une même collection des produits hétéroclites de la région Puglia, en réunissant autour des valeurs de la responsabilité écologique et sociale plus de 40 partenaires représentant l’excellence dans chaque domaine, les avoir convaincus de créer du lien entre eux pour promouvoir une image cohérente et moderne. Avoir créé un modèle reproductible dans d’autres régions.

1.618 : Parlez nous de vos principales matières premières...
E : Nos matières premières sont très différentes selon les métiers. Bois, fer, chanvre, céramique, terre cuite, lin, coton, légumes et fruits… Nous privilégions toujours les matériaux de recyclage : notre bazar nomade, véritable boite de colporteur ambulante sera réalisée avec ; beaucoup de nos partenaires sont spécialisés dans leur usage. En ce qui concerne les produits naturels, nous imposons un suivi des origines et vérifions les conditions de productions locales et biologiques si possibles, ou intégrées.

1.618 : Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit/service ?
E : A chaque étape nous sommes soucieuses de notre impact social et sociétal : sélection de nos partenaires en fonction de ce critère, action éducative du consommateur, juste prix et échange équitable, impact positif sur la transmission des métiers et l’emploi local ; création de lien intergénérationnels par dessus les frontières…

1.618 : Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit/service ?
E : Notre bazar nomade sera conçu en prenant en compte son impact sur l’environnement que nous réduirons en choisissant les matériaux, également pour nos emballage, et en économisant l’énergie consommée. Les produits ne sont pas à Km zéro, mais proviennent de la zone européenne : les moyens du transport utilisés pour son itinérance seront étudiés (maxi = 5400km du nord au sud de l’UE / 1372.50 kg eq. CO? en voiture // Émissions : 201.02 kg eq. CO? en train) Nous aurons un partenaire qui fait du transport à la voile par exemple...

1.618 : Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
E : Nous n’avons pas d’histoire avant Elseways.

1.618 : Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
E : Notre proposition est innovante et dynamique, pérenne et évolutive.
Nous racontons l’histoire d’une région, nous suscitons de l’intérêt et du désir pour un territoire qui a une identité culturelle forte. L’approche se fait de façon globale car les produits se répondent: la nourriture avec les plats; la lampe avec le livre; la musique avec le vin…
Grâce aux nouvelles technologies les rencontres virtuelles et réelles se complètent. Les membres de notre communauté découvrent et rencontrent leurs voisins européens dans leur environnement et participe à la diffusion d’un certain art de vivre.

1.618 : Quelles sont les actualités de votre marque ?
E : Nous sommes « incubées » dans l’association Paris Pionnières depuis Octobre 2016.
Après avoir suivi le programme incubation de BGEParif dans la branche « économie sociale et solidaire » jusqu’en aout 2016.
En 2017: début du “tour Elseways” dans les grandes villes européennes pour présenter la collection “Irresistible Puglia”

1.618 : Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
E : Notre prochain défi c’est l’émergence d’une communauté Elseways grâce à nos bazars physiques en Europe, l’activité sur notre site et les réseaux sociaux pour générer de nouvelles expériences digitales de mise en relation et d’achats, la réalisation d’une campagne de crowdfunding en contrepartie début 2017.
L’inauguration de la Masseria cet été et peut-être la participation à l’ouverture de 2 espaces en Italie

1.618 : Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
E : Que nous sommes deux co-fondatrices très attachées au principe de respect, que nous travaillons avec plaisir, que nous avons confiance dans le monde que nous contribuons à améliorer, que nous pensons que les bonnes volontés unies ont constituent une force qui peut changer le monde…