index - vision - comité - selection/a> - contact

Louise Varre
Founder of Eldvarm

 

1.618:  What was the trigger for the creation of your brand?
Louise Varre: I had been working in the fireplace industry for many years and I was often asked by friends if I knew where to find nice looking fireplace accessories, seeing that they have such a central position in the home.  At the time I used to attend all the big fairs in both the design and the fireplace industry in Europe and I started to look for the perfect accessories - ones that were beautiful, useful and made to last - and found none. After about 18 months of searching, I decided to make them myself!  Eldvarm means Fire Warm in Swedish :)

Tell us an anecdote related to your brand...
Eldvarm is really a Swedish-French “love story”, with a firm footing in both countries.  How I ended up meeting our Swedish designer Emma Olbers also has its roots in France.  When I was 15 I spent a summer in Saint-Jean-de-Luz learning French and met Sandra Asplund (one of the founders of well-known Swedish brand Asplund). Fast forward to Sandra's 40th in 2014, when I had just started Eldvarm and I was looking for a designer.  I met Emma, who had been Asplund’s first employee, at this party and we hit it off immediately. We decided to meet up and quickly agreed that she should design Eldvarm’s first series of products.  Our launch party in September 2015 was held at Asplund in Stockholm! So far, all our products have been designed by Emma and we have a fantastic collaborative relationship and great friendship.

What was the biggest challenge that you managed to take up?
Without a doubt, the biggest challenge has been setting up the production process.  A companion set, for example, has 14 suppliers involved in the process, including packaging, assembly, components etc. Some parts need to be ordered by 500 or 1000 units and take 6 weeks to deliver, while others need to be ordered by 25 units and take 2 weeks to deliver. To have the right amount at the right time was incredibly hard and I spent many sleepless nights (and sobbing phone calls begging suppliers to hurry up) before I figured it out and got a working system in place. My understanding today is that the type of production we have is one of the most challenging ones. I’m very happy I had no idea before I started! Now I have a great production manager, so problem solved! :)

What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable brand?
I spent a lot of time in the factories, understanding the different trades. For example, I had no idea about the differences between the types of tanning processes of leather and so I spent a great deal of time with different tanneries learning about the processes. My advice is to do your homework, people are often very happy to share their knowledge with you when you are curious.  Sustainability is much more than clean materials, you also want materials that will last over time, that stand wear and tear.  No answer is clear cut, so educate yourself as much as you can and make informed decisions.  But you will never know it all, so don't let perfection be your enemy. 

On a personal level, you never start your day without…
I’m not a morning person, so a very boring answer: coffee with milk.

For nothing in the world, you’d want to miss…
My summers in Torekov on the southwest coast of Sweden. I have moved around all my life and Torekov has always been, and remains, my constant.

What drives you and makes you get up in the morning?
My love for life, my children, family, and friends. Creating something of value for myself and others.

Which personality inspires you most these days?
People who overcome their fears and break the mold. Yvon Chouinard, the founder of Patagonia, and Oprah Winfrey are two examples.

What is your motto?
The golden rule: treat others as you yourself wish to be treated.  Love and kindness above anything else.

In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful”?
I often think this when I’m In nature. The most recent was in Joshua Tree National Park in California last autumn. It was almost a spiritual experience, it was so incredibly beautiful.

Some particularly exceptional aspects of your brand are…
I am incredibly passionate about what I do and love my brand. Environmental sustainability for me is a given, there was never an alternative when I started Eldvarm. I am driven to create beautiful products that respect nature throughout the production process.  My love for nature is very strong and I find a lot of inspiration in its beauty. My grandmother Ninne taught me that beauty is not necessarily something superficial, but on the contrary, something that can give great lasting pleasure. My goal is for Eldvarm to make products that are so beautiful that they hold their own (an empty wood basket should be as pretty as a filled one), they should be highly functional (I think we have the "nerdiest" fire toolset on the market) and they should be durable.    

What’s your brand’s latest news?
We are just launching our bench, aptly named after my grandmother Ninne.  It was conceived for wood, as an alternative to vertical wood storage.  Again we wanted to design a product that looks beautiful on its own, whether it’s completely empty or filled with wood. We ended up with an incredibly versatile product that can store anything you like, it can also be used as a proper bench by two people.  It will be available with cushions in 100% linen fabric and with a natural filling.

1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up?
We are working on some very exciting products for January 2020, in the theme of "Stories by the Fire". We feel these products fill a void in the market, they are both beautiful and functional.  We are also increasing our capacity at our production facility in order to be able to review every step of the way in our production process and see where we can improve even further on in our sustainability efforts. 

What else would you like our readers to know about you?
I grew up between Sweden and Norway and fireplaces were always a big part of my life.  At one point in Norway, we had 3 fireplaces at home and my childhood winters were filled with moments in front of them.  At our cabin in the mountains where we had no running water, we would do “snow baths” and then heat up in front of the fireplace.  In Sweden during the never-ending summer nights, we would always meet up in front of the open fire outside, sharing our stories and creating new ones.  For me, being in front of the fireplace is a moment to connect with myself, my family and friends, and to disconnect from an increasingly busy life.  We have a little poetic quote in the front of our catalog that I think really embodies that feeling -           
Keep the sparks flying.
Keep the conversation flowing.
Keep the ideas growing.
Keep the fire going.

 

Louise Varre
Founder of Eldvarm

 

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
Louise Varre: The most difficult challenge, that we now seem to have solved, is to become completely plastic free. We started out without any plastic in our packaging, but so many products were broken, especially when shipped overseas.  Until one year ago I was the only one working in product development at Eldvarm and finding an alternative was incredibly hard and frustrating.  There is really no support out there for small businesses finding viable solutions without huge development costs. I am so very happy and excited that we now seem to have found a solution which we are rolling out late summer/early autumn.

Tell us about your main raw materials...
When tending the fire you really only have the option of working with metal. We use steel which is a great material in terms of durability, and also one that can be recycled very well.  We paint the metal with a powder-coating completely free of any toxins or harmful substances. All the metal is made in Poland.  Our wood parts are from certified sustainable forests (beech from France, walnut from the US) and our French producer is PEFC certified. The leather details are in vegetable-tanned leather, and we buy this from the Swedish tannery Tärnsjö which is certified organic. Our brushmaker in France is a 3rd generation family producer that makes the brushes by hand. The bristles are 100% natural (most brushes for fireplaces use synthetic fiber) and are made from horse hair and tampico, the root of the agave cactus.  

How did you integrate the social and societal aspects in the cycle of life* of your product?
We have all of our production in Europe and work only with smaller production plants where we can establish a close collaborative relationship.  In Sweden, France and Poland there are strict laws in place to protect the workers and the production process, so luckily in that regard, we do not have to be too worried.  Currently, I have only one employee who works from home in Paris, and she works flexible hours in order to combine it with her family life.  Being a single mother of two, finding a balance between work and private life is very close to my heart and something that will always be important for Eldvarm.
Durability is about much more than simply environmental durability for me, and as Eldvarm grows, I am working actively to implement more positive societal aspects into our organisation. 

How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life of your product?
One of our principal efforts is to produce as little waste as possible. Leather is normally a product where there is a lot of waste, due to its irregular shape as well as damages. Ours is cut using a computer program that calculates the best way to cut the leather so that there is as little waste as possible.  Both leather and wood, being natural materials, have so-called “defects” and we have a higher tolerance for those than luxury brands usually do. We think that the “imperfections” tell a story and give interesting details to the product.  Our metal producer is very close to our assembly so products that have small defects are sent back and repaired.  We hardly have any products at all that we throw away during the production cycle.  Wood handles that do not have perfect placement of the screw, for example, we send as color samples to our clients.

Why would your brand never be accused of Greenwashing?
The sustainability efforts I have made have always come from a personal conviction and love for nature. Growing up in Scandinavia, I was taught at a very young age about our responsibility to nature, to leave it as we found it, to keep it clean and beautiful. It was quite a shock moving to other countries in Europe and seeing trash in the forests and a much more polluted nature.  I haven’t really talked much about Eldvarm's sustainability efforts previously, so perhaps I can be accused of the opposite of greenwashing if there is such a thing?  I am learning now with 1.618 that we have a responsibility to communicate about our sustainability efforts and we are now working on improving this. Honesty and authenticity are two of our core values at Eldvarm, so greenwashing would go against everything I believe in.

 



Louise Varre
Fondatrice de  Eldvarm


1.618: Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque ? 
Louise Varre : J’avais travaillé dans le secteur des cheminées depuis de longtemps. Mes amis me demandaient souvent si je savais où dénicher des accessoires de cheminée esthétiques, vu leur au cœur de leur intérieurs.  À cette époque, je fréquentais tous les principaux salons européens dans les secteurs du design et des cheminées et je me suis alors mis en quête des accessoires parfaits – à la fois esthétiques, utiles et conçus pour durer. Aucun ne satisfaisait ces critères. Après 18 mois de recherches infructueuses, je décidai de les proposer moi-même !  Eldvarm signifie chaleur du foyer en suédois. :)

Racontez-nous une anecdote propre à votre marque ?
Eldvarm est le fruit d’une authentique histoire d’amour franco-suédoise, avec une présence solide dans les deux pays.  Ma rencontre avec notre designer suédoise Emma Olbers trouve également son origine en France.  Lorsque j’avais 15 ans, j’ai passé un été à Saint-Jean-de-Luz pour apprendre le français Asplund (une des fondatrices de la célèbre marque suédoise Asplund). Quelques années plus tard en 2014, nous fêtions les quarante ans de Sandra, je venais de créer Eldvarm et je cherchais un designer.  À cette soirée, j’ai rencontré Emma, la toute première collaboratrice d’Asplund et le coup de foudre a été immédiat. Nous avons décidé de nous revoir et avons rapidement décidé qu’Emma concevrait la toute première gamme de produits Eldvarm.  Notre événement de lancement a été organisé en septembre 2015 dans les locaux d’Asplund à Stockholm ! Jusqu’à présent, tous nos produits ont été conçus par Emma. Nous entretenons une relation de collaboration fructueuse et partageons une solide amitié.

Quel défi majeur avez-vous relevé ?
Sans hésiter, le principal enjeu a été de mettre en place le processus de production.   Un serviteur, par exemple, exige l’intervention de 14 fournisseurs, parmis eux l’emballage, l’assemblage des éléments, etc. Certaines pièces nécessitent de commander par lots de 1 000 unités livrées au bout de six semaines, tandis que d’autres doivent être commandées par lots de 25 unités livrées en deux semaines. Disposer des quantités nécessaires au moment opportun relevait d’une alchimie extrêmement complexe. Cela m’a valu de nombreuses insomnies (et beaucoup d’appels téléphoniques aux fournisseurs au larmes pour les supplier d’accélérer leurs cadences). Puis nous sommes enfin parvenus à concevoir et mettre sur pied un système viable. D’après moi, le type de production qui est aujourd’hui le nôtre constitue l’un des plus difficiles à mettre au point. Par chance, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait avant de démarrer ! Aujourd’hui, j’ai un excellent responsable de production : le problème est résolu !

Un conseil aux futurs entrepreneurs de luxe durable ?
J’ai passé beaucoup de temps en usine, pour comprendre les différents métiers. Par exemple, je ne connaissais rien des différents processus de tannage du cuir. C’est pourquoi, j’ai consacré beaucoup de temps à observer les processus de différentes tanneries. Je vous conseille de vous renseigner : vos interlocuteurs sont en général ravis de partager leurs connaissances avec vous si vous faites preuve de curiosité à leur égard.  Le développement durable dépasse la simple transparence sur l’origine et la qualité des matières premières, vous devez aussi miser sur des matériaux capables de durer, de résister à l’usure.  Il n’y a aucune réponse toute faite, c’est pourquoi vous devez vous former au maximum pour pouvoir prendre des décisions éclairées.  Acceptez toutefois de ne jamais pouvoir tout savoir, ne laissez pas le perfectionnisme vous miner. 

A titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
Je ne suis pas du matin, ma réponse est donc extrêmement peu originale : un café crème.

Pour rien au monde vous ne rateriez...
Mes étés à Torekov en Suède, au bord de la côte sud-ouest. Toute ma vie, je n’ai eu de cesse de déménager et Torekov a toujours été et reste mon port d’attache.

Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
Mon amour pour la vie, mes enfants, ma famille et mes amis. Créer des choses qui ont de la valeur pour moi et les autres.

Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ?
Les individus capables de surmonter leurs peurs et de s’affranchir des traditions. Yvon Chouinard, le fondateur de Patagonia, et Oprah Winfrey sont deux exemples que je peux citer.

Quelle est votre devise ?
Le règle d’or : traite les autres comme tu voudrais toi-même être traité. L’amour et la gentillesse l’emportent sur tout le reste.

Dans quelle situation avez-vous pensé “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau” ?
Le plus souvent, il s’agit de moments passés dans la nature. La dernière fois, c’était à l’automne dernier, je me trouvais en plein cœur du parc national de Joshua Tree en Californie. Cétait presque une sorte d’expérience spirituelle, tellement c’était beau.

Qu’y-a-t-il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
Je suis incroyablement passionné par ce que je fais et j'aime ma marque Le développement durable est une évidence pour moi, il n'y a jamais eu d’autre choix possible lorsque j’ai créé Eldvarm.  J’ai à cœur de créer des produits beaux qui respectent la nature à toutes les étapes du processus de production.  Mon amour pour la nature est profond et sa beauté nourrit sans cesse mon inspiration. Ma grand-mère Ninne m’a enseigné que la beauté n’était pas nécessairement superficielle, mais pouvait au contraire être synonyme de plaisir durable. Mon ambition pour Eldvarm est de fabriquer des produits dont la beauté se suffise à elle-même (un panier en bois doit être aussi beau vide que plein), avec maximale utilité (je pense que nous proposons l’ensemble de cheminée le plus « branché » du marché), et bien-sûr, durable.    

Quelles sont les actualités de votre marque ?
Nous venons tout juste de lancer notre banquette, baptisée Ninne en hommage à ma grand-mère.  Elle a été conçue pour ranger le bois et propose une alternative au stockage vertical des bûches.  Notre ambition était à nouveau de créer un produit dont l’esthétique se suffise à elle-même, qu’il soit totalement vide ou garni de bûches. Au final, nous avons abouti à un produit extraordinairement polyvalent capable de stocker tout autre objet de votre choix. Il peut aussi être utilisé comme un véritable banc à deux places.  Cette banquette sera commercialisée avec des coussins fabriqués en tissu 100 % lin et au rembourrage naturel.

Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
Nous travaillons sur des produits très intéressants pour janvier 2020, sous le thème "Stories by the Fire". Nous pensons que ces produits comblent un vide sur le marché, ils sont à la fois beaux et fonctionnels. Nous augmentons également les capacités de notre usine de production pour être en mesure d’analyser chaque étape de notre processus de fabrication et de détecter à quels niveaux nous pouvons améliorer encore davantage nos performances en matière de développement durable. 

Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
J’ai grandi entre la Suède et la Norvège et les foyers ont toujours occupé une place importante dans ma vie.  En Norvège, a une moment donné nous avons vécu dans une maison équipée de trois cheminées et les hivers de mon enfance comptent de nombreux moments passés devant celles-ci.   Dans notre petit chalet de montagne, nous n’avions pas l’eau courante, nous prenions des « bains de neige » avant de nous réchauffer au coin du feu  En Suède, durant les interminables nuits d’été, nous nous retrouvions dehors autour d’un cheminé a l’exterieur, nous nous y racontions des histoires et en inventions de nouvelles.  Pour moi, être devant la foyer est un moment privilégié pour connecter avec moi-même, ma famille et mes amis et pour me déconnecter d'une vie de plus en plus achalandée.

En couverture de notre catalogue figure un court extrait de poème, qui d’après moi, décrit parfaitement cette sensation –
Keep the sparks flying.
Keep the conversation flowing.
Keep the ideas growing.
Keep the fire going.*

* Que volent les étincelles et que les conversations s’éternisent, que les idées fusent et que, jamais, le feu ne s’éteigne…

Louise Varre
Fondatrice de  Eldvarm

 

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
Louise Varre: Le défi le plus difficile, que nous semblons aujourd’hui avoir relevé, est de nous passer totalement du plastique. Nous avions débuté sans aucun plastique dans nos emballages, mais de nombreux produits arrivaient cassés, en particulier lorsqu’ils étaient expédiés à d’outremer..  Jusqu’il y a un an, j’étais la seule au sein d’Eldvarm à travailler au développement produit et la recherche d’une alternative s’est avérée une tâche incroyablement difficle et frustrante.  Il n’existe dans ce domaine aucune aide aux petites qui recherchent des solutions viables sans coûts de développement énormes.. Je suis extrêmement heureuse et confiante, car nous semblons aujourd’hui avoir trouvé une solution et nous envisageons de déployer celle-ci à la fin de l’été ou au début de cet automne.

Parlez nous de vos principales matières premières...
En matière d’entretien du feu, la seule véritable option consiste à employer du métal. Nous utilisons l’acier, un matériau à la longévité exceptionnelle, et qui se recycle également parfaitement.  Le métal laqué a poudre, un revêtement totalement exempt de toxines et de substances nocives. L’intégralité de notre métal est fabriquée en Pologne.  Nos pièces en bois sont issues de forêts durables certifiées (le hêtre est d’origine française, le noyer provient des États-Unis) et notre producteur français est certifié PEFC. Les détails cuir fournis par la tannerie suédoise Tärnsjö, certifiée biologique, sont obtenus à partir d’un procédé de tannage végétal. En France, notre fabricant de brosses est une entreprise familiale qui fabrique ses brosses à la main depuis trois générations. Les poils utilisés sont 100 % naturels (la plupart des brosses pour cheminée utilisent des fibres synthétiques) et proviennent de crins de chevaux ou de tampico, la racine d’un agave.  

Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
La totalité de notre production se trouve en Europe et nous collaborons uniquement avec des sites de fabrication à taille humaine, avec lesquels nous entretenons d’étroites relations. En Suède, en France et en Pologne, des législations strictes sont en vigueur pour protéger la main-d’œuvre et encadrer les processus de production. Nous avons donc la chance de ne pas avoir de souci à nous faire de ce point de vue. Je n’ai à ce jour qu’une seule collaboratrice, qui travaille à son domicile a Versailles. Ses horaires sont très souples pour lui permettre de concilier activité professionnelle et vie de famille. Etant moi-même mère célibataire de deux enfants, trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée m'est très cher et ce qui sera toujours important pour Eldvarm.
La durabilité est pour moi bien plus qu'une simple durabilité environnementale et, à mesure que Eldvarm grandit, je travaille maintenant activement à la mise en œuvre d'aspects sociétaux plus positifs dans notre organisation.

Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit ?
L’une de nos principales initiatives consiste à produire le moins de déchets possible. Le cuir est un produit réputé de générer beaucoup de chutes, à cause de sa forme irrégulière et de ses défauts. Le nôtre est découpé à l’aide d’un programme informatique qui calcule la meilleure stratégie de découpe cuir possible pour un minimum de chutes.  Le cuir et le bois, des matériaux naturels, présentent des « défauts » et notre tolérance à ceux-ci est supérieure à celle des marques de luxe traditionnelles. Nous pensons que ces « imperfections » racontent une histoire et confèrent au produit sa spécificité.  Notre fournisseur de métaux collabore étroitement avec nos équipes d’assemblage, les produits qui présentent de petits défauts sont systématiquement renvoyés et réparés.  Seule une proportion extrêmement faible de nos produits est mise au rebut au cours du processus de production.  Les poignées en bois dont les vis ne seraient pas parfaitement positionnées servent par exemple d’échantillons de couleurs pour guider le choix de nos clients.

Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
Dans le domaine du développement durable, les améliorations auxquelles j’aspire ont toujours reflété mes convictions personnelles et mon attachement à la nature. Ayant grandi en Scandinavie, on m’a appris très tôt à adopter une attitude responsable envers la nature, à la laisser telle que nous l’avions trouvée et à la préserver propre et belle. J’ai ressenti un véritable choc quand je me suis installée dans d’autres pays d’Europe et que j’ai pu observer les déchets abandonnés dans les forêts et une nature beaucoup plus polluée
J’ai très peu communiqué sur les efforts d’Eldvarm en concernant le développement durable, alors je peux peut-être être accusé du contraire du greenwashing, si ca existe. Avec 1.618, je suis désormais consciente de ma responsabilité de communiquer autour de nos projets de développement durable et nous mettons aujourd’hui tout en œuvre pour améliorer celle-ci. L’honnêteté et l’authenticité sont deux des principales valeurs d’Eldvarm, le greenwashing serait totalement contraire à mes convictions.