index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618 : What was the trigger for the creation of your brand and why this name?
Jennifer 
Ewah : The answer to that question is multi-fold, but every strand of the answer leads to the core of my heart. I am originally from Africa and watched reports of the 1994 Tutsi genocide from London with utter horror. My sentiments were shared by the World’s progressive population at large. So, I made contact with the ladies. Subsequently, I boarded a plane to Kigali. I have a deep spiritual conviction in the power of compassion to heal trauma and emotional wounds. Showing care to the ‘forgotten’ empowers in tangible ways, economic and financial, but also in intangible ways, such as through acting as a conduit for their artistic excellence; affording them the treatment of artisans of high standing within a luxury sphere, as opposed to characterising the ladies as victims and beneficiaries of pity or charity. Eden Diodati is a brand which aims to evoke inner beauty, reflecting the motivations of our customers as ambassadors, by demonstrably seeking out socially marginalised women to support, and through an ethical business approach of inclusiveness towards partner artisans who have triumphed in the face of adversity. We are privileged to help to empower them through our supply chain, partnering with them as the superb craftspeople that they are. Through the creation of each Eden Diodati piece, hand-beaded with tiny Swarovski crystals, utilising phenomenally intricate wire-work, the ladies in the cooperative, our customers and supporters become part of a utopian circle. I am lucky enough, despite every daily challenge to walk alongside these women and to realise my lifelong dream of using design to make a positive difference in the World. I also truly believe that for vulnerable communities of artisans it is imperative that luxury brands do more to be inclusive and to acknowledge social development as a top priority. The name comes from the garden of Eden and Giovanni Diodati (6 June 1576 – 3 October 1649), a theologian and philosopher and translator of the Bible from the original Greek and Hebrew texts into Italian.

1.618 : Tell us an anecdote related to your brand... 
There is an artisan Master Weaver whose face I carry in my heart. She is beloved by me and her fellow artisans in the cooperative. She contracted HIV through gender based violence and bore children through the rape. Her name is Sada. She has masterful, delicate hands. Each day when I am in Kigali I see her face shine with pride over her work on the pieces. She needed to go home early to avoid headaches due to retrovirals but her commitment was jaw-dropping. Her strength inspires me each day as does her trust and love for her fellow artisan sisters. Anytime or day that I feel overwhelmed I remember the utter privilege of being able to work for Sada, I remember the honour of being able to partner with her in solidarity, I remember her love and commitment to her children and her community, I remember her beauty, and I get up and press on more keenly aware that this brand is the blessing of my life.

1.618 : What was the biggest challenge that you managed to take up?
Team building with 
like minded people and financing. I currently work full time as a lawyer to fund the brand which can be challenging.

1.618 : What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
With every step, be willing to persevere. Let your passion and love be bigger than your fear. Take risks, learn from the past but only look forward. Our greatest glory is not in never falling, but in rising every time we fall.

1.618 : On a personal level, you never start your day without...
Prayer, music and coffee

1.618 : For nothing in the world you’d want to miss…
A day without the ability to listen to music (there is a gospel soundtrack to my life….) 

1.618 : What drives you and makes you get up in the morning?
The art of the possible and the reality that love never fails  

1.618 : Which personality inspires you most these days? 
My mother

1.618 : What is your motto?
Love never fails

1.618 : In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful” ? 
A great number of Rwandan women actually.  For some reason, they have exceptional beauty in their DNA.

1.618 : Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
Working in a post-conflict economy with formerly 
marginalised treasured artisans on a high-end product, acting as a conduit to provide a market entry in the luxury sphere through celebrating their Rwandan heritage and outstanding craftsmanship skills and artisanal excellence.

1.618 : Tell us about your main raw materials...
Italy and Austria but we plan to use Fairtrade gold and silver and to continue to use Swarovski crystals.

1.618 : How did you integrate the social and societal aspects in the life cycle of your product?
Reverse engineering the design process with understanding and sensibility and sensitivity for the skills and challenges of our partner cooperative
Plans to use Fairtrade metals to optimise sustainability throughout the entire supply-chain
Partnering with Gahaya Links
Using FSC unwanted waste packaging
Carbon-offset wherever possible
Making it to last!

1.618 : Why would your brand never be accused of Greenwashing? 
The modern luxury customer is intelligent and compassionate as well as style-led. She expects designs that express her individual style, but she also demands a socially ethical approach to the production of the pieces that she wears. Eden Diodati’s business ethic responds to this by producing luxury fashion jewellery that creates sustainable and dignified employment for disadvantaged women in Africa.
We work with an extraordinary cooperative of women in Rwanda, who survived the genocide. Gathering orphaned and widowed women in Kigali, the cooperative provides work for more than 5,000 female genocide survivors in 52 savings cooperatives. Many are living with HIV/AIDS after experiencing 
gender-based violence during the conflict. Their courage, fortitude and faith inspire Eden Diodati’s creative direction, challenging preconceptions of “Made in Africa” with a collection of high-end luxury jewellery that makes stunningly intricate use of semi-precious materials and ethnic influences.
We could only be accused of greenwashing by people who do not believe that women supporting other women can be a genuine step of solidarity enshrined in an ethical business model but rather, only a marketing tool. Until they realise how valuable the margin for our partner social cooperative from us is… Cynical people are often misanthropes in any event…

1.618 : Some particularly exceptional aspects of your brand are...
Wearing an Eden Diodati piece is more than an aesthetic statement. It is a commitment to a fashion ethos embedded in a four-tiered philosophy represented by Eden Diodati’s Talisman.
The Talisman draws together four brand values that together reflect the optimism of the human condition:
- Art & Collaboration: An amalgam of global culture influences the design.
- Manufactured Ethically: Delivering opportunities for marginalised people to recreate their own futures. Bringing the talents of artisans to the fore: acting as a conduit for their craftsmanship and creativity.
- Wearable Philanthropy: Eden Diodati’s commitment to donate 10% of dividends to Médecins sans Frontières -  recognises the need to address human fragility on a global scale whilst recognising simultaneously that for those trapped in the desperate cycle of economic and social hardship, sustainable enterprise transforms lives.
- Beauty Through Compassion: A visionary brand offering style conscious women the opportunity to experience true beauty that measures the value of a luxury product not just on its aesthetic, but also on its social impact.
Eden Diodati: prêt-a- porter accessories meeting progressive philanthropy as design-led, sustainable luxe for the modern woman of discernment.

1.618 : What’s your brand’s latest news?
March 8 - Save the Date - I’ll be a 
keynote speaker at an International Women's Day event as part of the Women’s Jewellery Network, telling our story.

1.618 : 1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up? 
To one day work with a social business in Thailand of women who 
have been rescued from commercial sex trafficking that we are in contact with.

1.618 : What else would you like our readers to know about you? 
That I am an avid believer in the power of love and in God.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



1.618 : Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque et pourquoi avez vous choisi cenom? 
Jennifer Ewah : La réponse à cette question est multiple mais chaque brin de la réponse mène au plus profond de mon cœur. Je suis originaire d'Afrique et j'ai regardé des reportages sur le génocide des Tutsi en 1994, avec horreur. Mes sentiments étaient partagés avec la population progressiste mondiale en général. Donc, j'ai pris contact avec ces femmes. Par la suite, j'ai embarqué dans un avion pour Kigali. J'ai une profonde conviction spirituelle dans le pouvoir de la compassion pour guérir les traumatismes et les blessures émotionnelles. Montrer de la considération à ces «oubliées» leur donne un pouvoir, de manière tangible, économique et financière, mais aussi de façon intangible, par exemple en agissant comme un intermédiaire pour mettre en lumière leur excellence artistique ; en leur offrant le traitement des artisans de haut rang dans une sphère de luxe, plutôt que de caractériser ces femmes comme des victimes et des bénéficiaires de la pitié ou de la charité.
Eden Diodati est une marque qui vise à illuminer la beauté intérieure, reflétant les motivations de nos clients en tant qu'ambassadeurs, cherchant manifestement à soutenir les femmes socialement marginalisées, à travers une approche business éthique et inclusive envers les artisans partenaires qui ont triomphé face à l'adversité. Nous avons le privilège d'aider à les habiliter à travers notre chaîne d'approvisionnement, en partenariat avec les superbes artisans qu'ils sont. À travers la création de chaque pièce Eden Diodati, perlée à la main de minuscules cristaux Swarovski nécessitant un travail au fil complexe, les femmes de la coopérative, nos clients et admirateurs font partie d'un cercle utopique. J'ai la chance, malgré tous les défis quotidiens, de côtoyer ces femmes et de réaliser mon rêve, qui est d'utiliser le design pour créer une différence positive dans le monde. Je crois aussi véritablement que pour les communautés d'artisans vulnérables, il est impératif que les marques de luxe agissent davantage pour s’impliquer et reconnaissent le développement social comme une priorité absolue.
Le nom vient du jardin d'Eden et de Giovanni Diodati (6 Juin 1576 - 3 Octobre 1649), un théologien, philosophe et traducteur de la Bible en italien, à partir des textes originaux grecs et hébreux.

1.618 : Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
Il y a une maître tisserand dont je porte le visage dans mon cœur. Ses collègues de la coopérative et moi-même la chérissons. Elle a contracté le VIH à cause de violences sexuelles et eu des enfants à travers ces viols. Son nom est Sada. Elle a des mains magistrales et délicates. Chaque jour, quand je suis à Kigali, je vois son visage briller de fierté sur son travail accompli sur les pièces. Elle avait besoin de quitter le travail plus tôt pour éviter les maux de tête dus aux rétroviraux, mais son engagement était à couper le souffle. Sa force m'inspire chaque jour tout comme sa confiance et son amour pour ses collègues et soeurs artisanes. Chaque jour où je me sens submergée, je me souviens du privilège absolu de travailler pour Sada, je me souviens de l'honneur de pouvoir collaborer avec elle, je me souviens de son amour et de son engagement envers ses enfants et sa communauté. Je me remémore sa beauté, m’éveille et réalise à chaque fois plus intensément que cette marque est la bénédiction de ma vie.

1.618 : Quel défi majeur avez vous relevé ?
Créer une équipe avec des personnes partageant les mêmes idéaux et trouver des financements. Je travaille actuellement à temps plein en tant qu'avocate pour financer la marque, ce qui peut être difficile.

1.618 : Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
À chaque étape, soyez prêt à persévérer. Laissez votre passion et votre amour être plus grand que votre peur. Prenez des risques, apprenez du passé, mais regardez seulement vers l'avenir. Notre plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque fois que nous tombons.

1.618 : A titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
Prier, écouter de la musique et boire du café.

1.618 : Pour rien au monde vous ne rateriez...
Un jour sans musique (ma vie est connectée à une bande sonore de gospel).

1.618 : Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
L’Art du possible et la réalité que l’amour ne faillit jamais?.

1.618 : Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ? 
Ma mère

1.618 : Quelle est votre devise ?
L’amour ne faillit jamais.

1.618 : Devant quelle situation avez vous pensé : “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau” ?
Pour être honnête, un grand nombre de femmes rwandaises. Pour une raison que j’ignore, elles ont une beauté exceptionnelle dans leur ADN.?

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ? 
Travailler dans une économie post-conflictuelle, avec des artisanes anciennement marginalisées, sur un produit haut de gamme, servir de canal pour une intégration dans la sphère du luxe en célébrant leur patrimoine rwandais et leurs compétences artisanales exceptionnelles.

1.618 : Parlez nous de vos principales matières premières...  
Elles viennent d’Italie et d’Autriche. Nous envisageons d'utiliser de l'or et de l'argent Fairtrade et de continuer à utiliser des cristaux de Swarovski.?

1.618 : Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ? 
-  Inversion du processus de conception en partant de la compréhension de la sensibilité, des compétences et des défis de notre coopérative partenaire.
-  Projet d'utilisation de métaux Fairtrade pour optimiser la durabilité tout au long de la chaîne d'approvisionnement.
-  Partenariat avec Gahaya Links.
-  Utilisation pour nos emballages de matériaux FSC en surplus d’autres marques.
-  Compensation carbone autant que possible.
-  Faire durer ça!

1.618 : Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
La cliente de luxe moderne est intelligente, compatissante et guidée par le style. Elle attend des modèles qui expriment son individualité, mais elle exige également une approche socialement éthique de la fabrication des pièces qu'elle porte.
L'éthique commerciale d'Eden Diodati y répond en produisant des bijoux de luxe qui créent un emploi durable et digne pour les femmes défavorisées en Afrique. Nous travaillons avec une extraordinaire coopérative de femmes au Rwanda, qui a survécu au génocide. Rassemblant des femmes orphelines et veuves à Kigali, la coopérative fournit du travail à plus de 5 000 femmes rescapées du génocide dans 52 coopératives d'épargne. Beaucoup vivent avec le VIH / SIDA après avoir subi des violences sexuelles pendant le conflit. Leur courage et leur foi inspirent la direction créative d'Eden Diodati, remettant en question les idées préconçues du « Made in Africa », avec une collection de bijoux haut-de-gamme aux influences ethniques, composés de matériaux semi-précieux. Nous ne pourrions être accusés de « greenwashing » que par des personnes qui ne croient pas que des femmes qui soutiennent d'autres femmes peut être une véritable démarche de solidarité inscrite dans un business model éthique au lieu d’un pur outil marketing. Jusqu'à ce qu'ils réalisent la valeur de la marge pour notre coopérative sociale partenaire... Les gens cyniques sont souvent misanthropes de toute façon...

1.618 : Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
Le port d'une pièce Eden Diodati est plus qu'une déclaration esthétique. C'est un engagement envers une philosophie à quatre niveaux représentée par le Talisman d'Eden Diodati. Le Talisman rassemble quatre valeurs de la marque qui reflètent ensemble l'optimisme de la condition humaine:
- Art & Collaboration : un amalgame de culture globale influence le design.
- Fabrication éthique : offrir des opportunités aux personnes marginalisées pour recréer leur propre avenir. Mettre en avant les talents des artisans ; agir comme un intermédiaire pour leur savoir-faire et leur créativité.
- Philanthropie en étendard : l'engagement d'Eden Diodati de verser 10% des dividendes à Médecins sans Frontières reconnaît la nécessité d'aborder la fragilité humaine à l'échelle mondiale tout en reconnaissant que les entreprises durables transforment les vies de ceux qui sont piégés dans un cycle désespéré de difficultés économiques et sociales.
- Beauté et compassion : une marque visionnaire qui offre aux femmes soucieuses de leur style la possibilité de découvrir la vraie beauté, qui mesure la valeur d'un produit de luxe non seulement sur son esthétique, mais aussi sur son impact social.
Eden Diodati, c’est la rencontre des accessoires de prêt-à-porter et de la philanthropie, et un luxe beau et durable pour la femme moderne en quête d’achats responsables. 

1.618 : Quelles sont les actualités de votre marque ?
Le 8 mars - Save the Date - je serai l’invitée d'honneur de la conférence organisée par le « Women's Jewellery Network » pour la journée internationale des droits des femmes afin de raconter notre histoire.

1.618 : Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
De travailler un jour en Thaïlande, avec une entreprise sociale de femmes qui ont été sauvées du trafic sexuel et avec qui nous sommes en contact.

1.618 : Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
Je suis une croyante avide du pouvoir de l’Amour et de Dieu.