index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618: What was the trigger for the creation of your brand?
Tatiana Michalski, César Silva Urdaneta:
Everything started in 2010. Haïti had just been struck by a terrible earthquake. Four friends, studying in Paris, decided to take action. They founded De Gris, a leather goods company whose primary objective is to join forces of both French and Haitian actors. In Paris they meet a designer, who would build their collections, and together they travelled to Haïti in search for local craftsmanship. In Haïti, they are amazed by the know-how of the horn artisans. De Gris is born: handbags whose centerpiece will be a Haitian horn jewel.

1.618: Why (did you choose) this name?
T.M & C.S.U: The name De Gris was born after a journey through Haiti. It makes reference to the gris-gris, which are good luck charms that people wear and preciously keep in the voodoo tradition.

1.618: Tell us an anecdote related to your brand...
T.M & C.S.U:
We had just landed in Port-au-Prince for the first time. Coming out of the plane, we were walking along the tarmac, towards our luggage. It was like a strange procession of people, all wearing uniforms or coulourful NGO T-shirts. And in the middle of them, us: three smiley girls dressed in normal clothes. A man was leaning against a metal fence close to the exit gate, and kept on staring at us, while we were in the long line for passport control. As we finally reached the exit gate, the man yelled out: “Bo Bagay!”. We didn’t know a word of Haitian creole and had no clue what to respond… But an improvised translator came along, and explained that it literally meant “good thing”, even if it could also mean “That’s nice”, “Well done” or “You are beautiful”. “Bon Bagay” soon became our team’s most useful expression throughout this trip and the next, an expression that always succeeds in starting a good laugh with our Haitian partners.

1.618: What was the biggest challenge that you managed to take up?
T.M & C.S.U: The world of fashion is saturated with products and images, and it is difficult to find space in the market with a singular product…. THE big challenge is to come forward with something that makes sense, that appears as truly obvious. It’s like the philosopher’s stone, everyone searches for it, again and again. De Gris is the fruit of a strong idea: founded on a sincere social project. Its universe and collections are tainted by a rich and unknown culture, which hides in the mysterious «magic island », Haiti. The products that arise are striking, unexpected, different…

1.618: What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
T.M & C.S.U: Passion, tenacity and patience.

1.618: On a personal level, you never start your day without…
T.M & C.S.U: Nourishing ourselves with images from the architecture world, whether looking for what’s new, or reopening old illustrated books.

1.618: For nothing in the world you’d want to miss…
T.M & C.S.U:
An exhibition of French artist Justin Morin. We're particularly captivated by his work which seems to be playing on the borderline between art and fashion.

1.618: What drives you and makes you get up in the morning?
T.M & C.S.U:
To be part of a project that is ruthlessly looking to make things right and defends values such as those carried by the fair trade and the protection of the environment.

1.618: Which personality inspires you most these days?
T.M & C.S.U:
We recently found out about the Yanomami indians, who defend the Amazon rainforest. Their chaman Davi Kopenawa once said “For you Westerners, nature is what’s left once you’ve demolished everything.”

1.618: What is your motto?
T.M & C.S.U: Malo periculosam libertatem quam quietum servitium. I prefer dangerous freedom over peaceful slavery. From Le Contrat Social of Rousseau.

1.618: In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful” ?
T.M & C.S.U:
When we discovered “Bassin Bleu” a heavenly natural site of extreme beauty, nested close to Jacmel, south Haiti. Its waters are so turquoise, and one feels true peace there…

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
T.M & C.S.U:
Our true challenge in terms of sustainable development was to establish a long term relationship with the Haitian horn craftsmen.
De Gris was lucky to cross the path of Haïti Futur, a non-profit organization which strives for education, but also sustains micro-finance projects and promotes the work of producers, craftsmen, women groups and agricultural communities. The Haïti Futur organization has become the key partner between De Gris and the horn craftsmen in Haiti. Haïti Futur trains the craftsmen and works on the improvement of their working and living conditions. It’s a true honor for De Gris to count on such a partner.

1.618: Tell us about your main raw materials...
T.M & C.S.U:
The zebu horn, a noble and natural material, is a characteristic element of De Gris’s collections. In Haiti, it is within cooperative workshops that masters, artisans and apprentices transmit knowledge and know-how from one generation to the next. Following the framework of the Konbit, the traditional cooperative structure of the Haitian peasantry, these places are clear examples of solidarity and sharing.
De Gris also calls upon a tannery established in Haiti. Developed from local leather, a delicate black “velvet” goat leather lines the inside of our goods. Located in the outskirts of Port-au-Prince, this tannery is focused on Haitian leather, employs around one hundred workmen and works mostly in the furniture sector. The leathers developed with De Gris pave the way towards new commercial outlets and the development of new techniques for them.

1.618: How did you integrate the social and societal aspects in the cycle of life of your product?
T.M & C.S.U:
The social commitment is a fundamental value for De Gris. Everything first came from the will to associate the creation of exceptional products to the personal development of those who make them. De Gris works on the economical and social development of the Haitian craftsmen and commits itself to the improvement of their living, working and training conditions. In this sense, De Gris partners up with Haïti Futur, which works in the field of education and sustains craftsmanship in Haiti. 

1.618: How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life of your product?
T.M & C.S.U:
The Haitian craftsmen we work with gather the zebu horn from the slaughterhouses of Port-au-Prince. This material was long considered as waste, and burned. Through their work and due to their know-how, the craftsmen transfer this material into a true recycling masterpiece.

1.618: Why would your brand never be accused of ‘greenwashing’?
T.M & C.S.U:
Greenwashing means to spend more money on promoting one’s ecological virtues, than on actually building a truly ecological production. We are a young company that has no money to spend on such extravagant things! What matters to us is to have an efficient production which respects the environment as much as the people it includes.

1.618: Some particularly exceptional aspects of your brand are…?
T.M & C.S.U:
Beyond being a luxury product, it is more about solidarity and transparency. De Gris is based on making the bags a relevant response to today's customers needs. We actively work on contributing to the improvement of living conditions of artisans while restricting the negative impact of a production process on the environment. This is the new sense of chic for us - it is more than being just ‘green’.

1.618: What’s your brand’s latest news?
T.M & C.S.U:
This year, we launched a new collection that incorporates clutches. We are currently developing new colors for the entire range of products, and will soon start the construction of a new workspace for the horn artisans in Haïti, together with our partner Haïti Futur.

1.618: We selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up?
T.M & C.S.U:
We would like to extend our collection beyond leather goods, but always working with the Haitian horn artisans… Surprise!

1.618: What else would you like our readers to know about you?
T.M & C.S.U:
De Gris is writing a contemporary story. A precious story that the enlightened will pass on like a secret one likes to share.
www.de-gris.com
 

The Committee validated a brand committed to promoting sustainability in Haiti by boosting craftsmen’s production and know-how. De Gris succeeded in highlighting the work on horn that used to be underestimated.

The brand is a great initiative with commitments that have to be continued in the future and reinforced with the experience.



1.618: Quel a été l'élément déclencheur de la création de votre marque ?
Tatiana Michalski, César Silva Urdaneta: Tout commence en 2010. Haïti vient d'être secouée par un terrible tremblement de terre. Quatre amis venus étudier à Paris décident d'agir. Ils fondent la maison de maroquinerie De Gris, dont l'objectif est d'unir les forces d'acteurs français et haïtiens. À Paris, ils rencontrent un designer qui dessinera leurs collections, puis partent ensemble à la découverte de l'artisanat haïtien. En Haïti, ils s'émerveillent du savoir-faire des artisans de la corne. La maison De Gris est née : des sacs dont la pièce maîtresse sera un bijou en corne haïtienne.  

1.618: Pourquoi (avez vous choisi) ce nom ?
T.M & C.S.U: Le nom De Gris est né à la suite d'un premier voyage en Haïti. Il fait référence aux gris-gris, des porte-bonheur que les gens gardent précieusement dans la tradition vaudou.

1.618: Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
T.M & C.S.U:
Nous venions d’atterrir pour la première fois à Port-au-Prince. Sorties de l’avion, nous marchions sur le tarmac en direction des bagages. Dans notre cortège, il n’y avait que des gens en uniforme ou arborant des T-shirts colorés d’ONG. Au milieu de ce groupe : nous, trois étrangères très souriantes en civil. Un homme était adossé à une grille près de la porte et nous regardait fixement, alors que nous faisions la longue queue pour le contrôle des passeports. Nous finissons par arriver à sa hauteur, il lance alors “Bon Bagay!”. Nous restons muettes, ne parlant pas un mot de créole Haïtien… S’approche alors un interprète improvisé, qui nous explique que cela veut littéralement dire “bonne chose”, mais qu’en fait cela peut vouloir dire “c’est sympathique”, “bien joué” ou encore “vous êtes très jolies”. “Bon Bagay” sera l’expression la plus utile de ce séjour et des suivants, celle qui parviendra systématiquement à décrocher des éclats de rire auprès de nos collaborateurs haïtiens.

1.618: Quel défi majeur avez vous relevé ?
T.M & C.S.U:
Dans le monde de la mode, saturé de produits et d'images, il est difficile de se faire une place avec un produit singulier... Proposer quelque chose qui ait du sens, qui apparaisse comme une évidence, est LE grand défi. C'est comme une pierre philosophale, tous la cherchent encore et encore. De Gris est une maison née d'une idée forte, fondée sur un projet social sincère. Son univers et ses collections sont empreints d'une culture riche et méconnue, celle qui se cache dans les mystères de son “île magique”, Haïti. De là ressortent des produits frappants, inatendus, différents...

1.618: Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
T.M & C.S.U:
Passion, ténacité et patience.

1.618: A titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
T.M & C.S.U: Se nourrir d'images issues du monde de l'architecture, que ce soit dans l'actualité ou en se replongeant dans de vieux livres illustrés...

1.618: Pour rien au monde vous ne rateriez...
T.M & C.S.U:
Une exposition de l'artiste Justin Morin, son Art sur la frontière entre l'art et la mode, nous captive et nous stimule lors de chaque exposition.

1.618: Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ?
T.M & C.S.U:
Plutôt que d'une personalité, je parlerais d'un peuple, les indiens Yanomami sont parmi les derniers gardiens de la forêt amazonienne. Leur chaman Davi Kopenawa disait “Pour vous Occidentaux, la nature est ce qui reste lorsque que vous avez tout détruit.”

1.618: Quelle est votre devise ?
T.M & C.S.U: Malo periculosam libertatem quam quietum servitium.
Il vaut mieux une liberté périlleuse qu'un tranquille esclavage, une citation extraite du Contrat Social de Rousseau.

1.618: Devant quelle situation avez vous pensé : “Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau !” ?
T.M & C.S.U:
À la découverte du paradis qu'est “Bassin Bleu”, un site naturel d'une extraordinaire beauté, niché au bout d'un sentier sinueux près de Jacmel, dans le sud d'Haïti. Ses eaux sont si turquoises, et il y règne une telle paix.

1.618: Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
T.M & C.S.U:
Le vrai challenge développement durable était d’établir une relation à long terme avec des artisans de la corne en Haïti.
De Gris a eu la chance de croiser le chemin d’Haïti Futur, une association à but non lucratif qui oeuvre dans le domaine de l’éducation, mais soutient aussi des projets de micro-financement et valorise l’action de producteurs-artisans, groupements de femmes et collectifs agricoles. L’association Haïti Futur est devenue l’intermédiaire de choix entre De Gris et les artisans de la corne en Haïti. Elle les forme et travaille à l’amélioration de leurs équipements. Ainsi, elle contribue à la valorisation de leur savoir-faire et à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. C’est une immense fierté que de pouvoir compter sur un tel partenaire pour De Gris.

1.618: Parlez nous de vos principales matières premières...
T.M & C.S.U:
La corne de zébu, matériau noble et naturel, est le matériau phare des collections de la maison. En Haïti, c’est au sein d’ateliers coopératifs que maîtres, artisans et apprentis transmettent de génération en génération, connaissance et savoir-faire. Dans la continuité des konbit, structure coopérative traditionnelle de la paysannerie haïtienne, ces lieux sont des exemples manifestes de solidarité et de partage.
De Gris fait appel à une autre filière de l’artisanat haïtien, la tannerie. Un délicat cuir de chèvre haïtienne ‘velours’ habille l’intérieur de nos articles. La tannerie avec laquelle nous travaillons est située en périphérie de Port-au-Prince, emploie une centaine d’ouvriers et travaille principalement dans le secteur de l’ameublement. Les cuirs développés avec De Gris ouvrent donc la voie à de nouveaux débouchés commerciaux et accompagnent le développement de nouveaux savoir-faire.

1.618: Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
T.M & C.S.U: L’engagement social est une valeur indissociable de la maison De Gris, née de la volonté d’associer la réalisation de produits d’exception au développement humain de ceux qui y participent.
De Gris travaille au développement économique et social des artisans Haitiens et s’engage à améliorer leurs conditions de vie, de travail et de formation. Dans cette intention, elle accompagne l’association à but non lucratif Haïti Futur, qui oeuvre dans l’éducation et le soutien de l’artisanat en Haïti.

1.618: Comment réduisez vous votre impact environnemental ?
T.M & C.S.U:
Les artisans haïtiens avec lesquels nous travaillons récupèrent la corne de zébu dans les abattoirs de Port-au-Prince. Ce matériau fut longtemps considéré comme un simple déchet, et était incinéré. Par leur travail et grâce à leur savoir-faire, les artisans transforment la matière en un véritable joyau du recyclage.

1.618: Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du ‘greenwashing’ ?
T.M & C.S.U:
Le greenwashing, c’est dépenser plus d’argent dans la communication de ses vertus écologiques que dans le montage d’une chaîne de production qui soit réellement écologique. De Gris est une jeune maison qui n’a pas les moyens de s’offrir ce genre d’extravagance ! Ce qui nous importe c’est une chaîne de production qui fonctionne et qui respecte autant l’environnement que les personnes qu’elle implique.

1.618: Ce qu'il y a de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
T.M & C.S.U:
Au-delà d'être un produit de luxe, la solidarité et la transparence sur lesquelles notre projet est fondé, font de nos sacs une réponse pertinente pour les clients d’aujourd’hui. Contribuer activement à l’amélioration des conditions de vie des artisans et limiter les incidence négatives du processus de production sur l'environnement, c’est aussi être davantage qu'une marque ‘verte’. C’est pour nous le nouveau sens du chic.

1.618: Quelles sont les actualités de votre marque ?
T.M & C.S.U: Nous avons lancé cette année une nouvelle collection qui comprend notamment des pochettes. Nous sommes sur le point de développer de nouvelles couleurs pour toute notre gamme de produits, et allons travailler à la construction d’un nouvel atelier pour des artisans de la corne en Haïti, avec notre partenaire Haïti Futur.

1.618: Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
T.M & C.S.U: 
Nous souhaiterions étendre notre collection au-delà des sacs, mais toujours en travaillant avec les artisans Haïtiens de la corne… Surprise !

1.618: Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
T.M & C.S.U:
De Gris écrit une histoire contemporaine. Une histoire précieuse que les initiés se transmettent, comme un secret que l’on aime se partager.

www.de-gris.com
 

Le comité a validé une marque qui souhaite contribuer à la promotion d’une économie durable en Haïti en développant la production et le savoir-faire de ses artisans.

De Gris a su mettre en valeur le travail de la corne jusqu’ici sous-estimé. Une initiative originale dont l’engagement devrait se poursuivre et se renforcer.