index - vision - comité - selection/a> - contact

Ana Holschneider
 Founder of Caralarga

 

1.618: What was the trigger for the creation of your brand?
Ana Holschneider
CARALARGA is a design and production studio inspired by the raw materials of nature. We seek to preserve its essence and highlight its benefits, transforming them into high quality handmade products. With our designs, we want to convey the value of our hands and highlight the natural beauty of each material. We like things as they are. We admire simplicity and believe that a simple world is better. This is the source of our inspiration.

Tell us an anecdote related to your brand...
The idea initiated in a very spontaneous way. 5 years ago, we did not have the economic resources nor the time to travel and look for textiles, so we started very simple; experimenting with the local resources we had access to, like the surplus of cotton threads of a local textile factory, based in a small neighborhood named Hercules in Queretaro, running since 1846. In 2014, we found in these materials the possibility of rethinking and exploring waste as a means to create unique, timeless and sustainable pieces of jewelry and clothing.      

What was the biggest challenge that you managed to take up?
Learn the balance between my family and profesional life. Realize that enjoying the most simples things of daily life is the easiest and finest way to be happy.  

What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable (luxury) brand?
I think work should be collaborative, and its purpose aimed towards sustainability. Wealth´s perspective should be not only be for the self being but towards the wellbeing of a community. It has to be sustained by fair and sustainable practices and used with responsibility towards  improving education, incentives and opportunities.  

On a personal level, you never start your day without…
A coffee

For nothing in the world you’d want to miss…
Oaxaca

What drives you and makes you get up in the morning?
Yoga, meeting my Caralarga teamates and of course spending time with my family.

Which personality inspires you most these days?
Simple, kind, humble, people.

What is your motto?
If you can manage to stay true to your ideas and values, something pretty nice will come out of you.  Either if it is a great piece of art, or a good human being.

In front of which situation did you think “I have never seen something so beautiful”? 
There is this amazingly beautiful yellow town in the Yucatan Peninsula in México called Izamal. There, you can see a real preservation of culture. Prehispanic pyramids in the middle of majestic colonial haciendas. People living by their traditions and antique ways. The yellow color of the town is the most beautiful I have seen. A true source of inspiration.

Some particularly exceptional aspects of your brand are…
I am not a designer by carrer nor a fashion lover. 5 years ago, we started Caralarga using the waste of a textiles factory called ¨Hercules¨ in Queretaro, México, running since 1846. For our first and only garment collection we did not have a fashion designer or patronist to make the clothes. Everyhting was made on a trial and error format between me and two seamstresses who sewed very well but neither them or me were experts in patronism. They were extremely patient and kind with me. Our technique innovation is in the scale and the expertise required to handle the thousands of very fine cotton threads. Brushing cotton threads is the closest thing to brushing a horse's mane.  

What’s your brand’s latest news?
The evolution towards pieces of larger scale. These are the result of the natural development of our initial work making textile jewelry. Venturing into creating larger and larger pieces, we discover a new way of thinking about cotton and weaving by hand, culminating in interior decoration pieces that seek to transform spaces through timeless designs and highlight the goodness of raw materials. 

1.618 selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wished to take up?
Mainly we are focused on improving the bases of our production line to afford more inhouse opportunities of employment to offer bigger retailers sustainable, recycled, beautiful products that can be delivered in shorter periods of time without merging the excellent, high, artisanal quality of what ¨sustainable luxury¨ coprehends.    

What else would you like our readers to know about you?
I think that once you lean towards sustainable practices and means, in low or high level, it becomes irreversible. As designers and manufacturers sustainable practices add value to our products; as consumers, responsible consumerism becomes part of a collective conscience.
Being in this field, will most probable give you long term existance,  besides many opportunities that nature, local craft and creativity all together sustain. 

  

 

Ana Holschneider
 Founder of Caralarga

 

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
Ana Holschneider: 
Handling raw materials have their complications and challenges, but it is that challenge that injects motivation and passion when creating something. Gaining the expertise, learning to dominate our resource by handling so many very fine threads through our own techniques has been the biggest challenge and also the biggest opportunity.   

Tell us about your main raw materials...
Our main resources are raw cotton threads and textile waste discarded for tiny production errors. In 2014, we found in these materials the possibility to rethink and explore waste as a medium to create unique, timeless and sustainable jewelry and apparel pieces. Our creative evolution has also lead us to the discovery of other natural materials, such as the fiber extracted from the sansevieria plant and recycled bull horn, working hand in hand with the artisans who have preserved the knowledge regarding ancient techniques and the protection of nature. The pieces of Caralarga Large and Medium Format are the result of the natural development of our initial work doing textile jewelry. We ventured into creating larger, more complex pieces, and we found a new way of working raw cotton and hand braiding; culminating in interior decor pieces that seek to transform spaces through timeless designs that highlight the kindness of raw materials.  

How did you include social aspects in the lifecycle of your product?
By collaborating with different communitties but mainly by developing an inhouse prodcution line, where we can create job opportunitues that can give more women, a sustanible income for longer periods, provide them social security and fair trade  salaries, besides a kind and enjoybale environment.  

How do you reduce your ecological footprint in the lifecycle of your product? 
We are fully working on a calendar of limited seasonal products throughout the year, in order to reuse the left overs of the smallest trims of cotton and fabrics generated by our own production, this way we can apply the beginnig and end of the cycle of life of the material we use. We are constantly looking to reuse the waste generated by our own production.  

Why would your brand never be accused of Greenwashing?
We have an open studio where visitors, consumers can see first hand, the production processes, our resources and meet the artisans that collaborate wiht us. Our communication is constantly looking to share the information regarding transparency. 



Ana Holschneider
Fondatrice de Caralarga

 

1.618 : Quel a été l’élément déclencheur de la création de votre marque ?
Ana Holschneider : CARALARGA est un studio de design et de production inspiré par les matières premières de la nature. Nous cherchons à préserver son essence et à souligner ses avantages, en les transformant en produits de haute qualité fabriqués à la main. Avec nos bijoux et nos vêtements, nous voulons transmettre la beauté du travail manuel et mettre en valeur la beauté naturelle de chaque matériau. Nous aimons les choses telles qu’elles sont. Nous admirons la simplicité et croyons qu'un monde simple est préférable. C'est la source de notre inspiration.

Racontez nous une anecdote propre à votre marque ?
L'idée a débuté de manière très spontanée. Il y a 5 ans, nous n'avions ni les ressources économiques ni le temps de voyager et de chercher des textiles, nous avons donc commencé très simplement ; utiliser les ressources locales auxquelles nous avions accès, comme le surplus de fil de coton d'une usine textile locale, située dans un petit quartier appelé Hercules à Queretaro en activité depuis 1846. En 2014, nous avons découvert dans ces matériaux la possibilité de repenser et d'explorer les déchets comme moyen de créer des bijoux et des vêtements uniques, intemporels et durables. 

Quel défi majeur avez vous relevé ?
Trouver l'équilibre entre ma vie familiale et professionnelle. Réaliser que profiter des choses les plus simples de la vie quotidienne est la meilleure manière d’être heureuse.

Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ? 
Je pense que le travail doit être collaboratif et que son objectif doit être la durable. La perspective de la richesse ne devrait pas être seulement pour soi mais aussi pour le bien-être d’une communauté. Il doit être soutenu par des pratiques justes et durables en ayant la responsabilité d'améliorer l'éducation, proposer des avantages et des opportunités de développement.  

À titre personnel, vous ne commencez pas votre journée sans…
Un café

Pour rien au monde vous ne rateriez...
Oaxaca

Qu’est-ce qui vous anime et vous fait lever le matin ?
Faire du yoga, voir mes collègues à Caralarga et bien sûr passer du temps avec ma famille.

Quelle personnalité vous inspire le plus actuellement ?
Les gens simples, gentils, humbles.

Quelle est votre devise ? 
Si vous parvenez à rester fidèle à vos idées et à vos valeurs, vous obtiendrez quelque chose de très beau. Que ce soit une œuvre d'art, ou le fait de devenir une belle personne.

Devant quelle situation avez vous pensé : « Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau » ?
Izamal, cette magnifique ville jaune de la péninsule du Yucatan au Mexique, est merveilleusement belle. Là-bas, vous pouvez voir une réelle préservation de la culture. Pyramides préhispaniques au milieu de majestueuses haciendas coloniales. Les gens vivent selon leurs traditions et leurs coutumes antiques. La couleur jaune de la ville est la plus belle que j'ai jamais vue. Une véritable source d'inspiration.

Qu’il y a t il de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
Je ne suis pas une designer de carrière ni une amoureuse de la mode. Il y a 5 ans, nous avons démarré Caralarga en utilisant les déchets d'une usine de textile appelée «Hercules» à Queretaro, au Mexique, qui existe depuis 1846. Pour notre première et unique collection de vêtements, nous n’avions pas de styliste ni de patroniste pour confectionner les vêtements. Tout a été fait sur un format d'essais et d'erreurs entre moi et deux couturières qui cousaient très bien, mais ni elles ni moi n'étions des experts en patronage. Elles ont été extrêmement patientes et gentilles avec moi. Notre technique d’innovation réside dans l’échelle et l’expertise nécessaires pour manipuler des milliers de fils de coton très fins. Le brossage de fils de coton est la chose la plus proche du brossage de la crinière d'un cheval.

Quelles sont les actualités de votre marque ?
L'évolution vers des pièces de plus grande envergure. Ces pièces sont la conséquence naturelle de notre fabrication initiale de bijoux en textile. En nous aventurant dans la création de pièces de plus en plus grandes, nous découvrons une nouvelle façon de penser le coton et le tissage à la main, aboutissant à des pièces de décoration d'intérieur qui cherchent à transformer les espaces par des designs intemporels et à mettre en valeur la qualité des matières premières.

Nous vous avons sélectionné en tant qu’acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
Nous nous concentrons principalement sur l'amélioration des bases de notre ligne de production afin d'offrir davantage d'opportunités d'emploi en interne et offrir aux plus grands détaillants de beaux produits durables, recyclés et recyclables pouvant être livrés en des périodes plus courtes ; sans associer l'excellente qualité élevée et artisanale de ce que ¨ le luxe durable¨ comprend.

Qu’aimeriez vous que notre lecteur sache d’autre de vous ?
Je pense qu’une fois que vous vous intéressez à des pratiques et des moyens durables, plus ou moins intenses, cela devient irréversible. En tant que concepteurs et fabricants, les pratiques durables ajoutent de la valeur à nos produits ; quant au consommateur, il devient partie intégrante au développement d’une véritable conscience collective. En plus des nombreuses opportunités que donnent la nature, l’artisanat local et la créativité, évoluer dans cette mouvance permet d’exister en général sur du long terme.

Ana Holschneider
Fondatrice de Caralarga

 

1.618 : Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
Ana Holschneider : Manipuler des matières premières un véritable défi parfois source de complications, mais c'est ce défi qui inspire motivation et passion pour créer quelque chose. Acquérir l'expertise et apprendre à dominer notre ressource en manipulant autant de fils très fins grâce à nos propres techniques a été le défi le plus important mais également la plus grande opportunité.

Parlez nous de vos principales matières premières...
Nos principales ressources sont les fils de coton brut et les déchets textiles jetés pour à cause de petites erreurs de production. En 2014, nous avons trouvé dans ces matériaux la possibilité de repenser et d'explorer les déchets en tant que moyen de création de bijoux et de vêtements uniques, intemporels et durables. Notre évolution créative nous a également conduit à la découverte d'autres matériaux naturels, tels que la fibre extraite de la plante sansevieria et la corne de taureau recyclée, en collaboration étroite avec les artisans qui ont préservé le savoir-faire en matière de techniques anciennes et de protection de la nature.
Les pièces grand et moyen format Caralarga sont naturellement issu de notre travail initial dans la création de bijoux en textile. Nous nous sommes aventurés dans la création de pièces plus grandes et plus complexes, et nous avons trouvé une nouvelle façon de travailler le coton brut et le tressage à la main ; aboutissant à des pièces de décoration intérieure qui cherchent à transformer les espaces à travers des designs intemporels mettant en valeur la beauté des matières premières.  

Comment avez vous intégré l’aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
En collaborant avec différentes communautés, mais surtout en développant une chaîne de production interne, nous pouvons créer des opportunités d’emplois permettant de donner à plus de femmes un revenu durable pour de plus longues périodes, de leur assurer une sécurité sociale et des salaires équitables, en plus d’un environnement favorable et agréable.

Comment réduisez vous votre impact environnemental dans le cycle de vie de votre produit ?
Nous travaillons consciencieusement sur un calendrier de produits saisonniers limités tout au long de l’année, afin de réutiliser les restes des plus petits ornements de coton et de tissus générés par notre propre production, afin de pouvoir appliquer le début et la fin du cycle de la vie du matériel que nous utilisons. Nous cherchons constamment à réutiliser les déchets générés par notre propre production.

Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du Greenwashing ?
Nous avons un studio ouvert aux visiteurs et aux consommateurs qui peuvent voir directement les processus de production, nos ressources et rencontrer les artisans qui collaborent avec nous. Notre communication cherche constamment à partager les informations relatives à la transparence.