index - vision - comité - selection/a> - contact

1.618: What was the trigger for the creation of your brand?
Anna Moltke-Huitfeldt: I was working as an artist. On a summer course in 2001, I made a sculpture of a woman in wire and inserted small fittings inside her, made of transistors from old radios and similar. I was fascinated by working with the small pieces, how I could let my mind flow into the pieces, and I immediately started taking courses to educate myself to become a goldsmith.

1.618: Tell us an anecdote related to your brand...
Anna Moltke-Huitfeldt:
In 2007, I started working with transparent rough colour diamonds. Looking into the beauty of the 3 dimensional inner world of a rough diamond, seemed like coming to the end of a search. I felt that I had to consider in which direction I wanted to take my design lines from there, and after a few months, I started working with colour diamonds. Wanting to select the stones myself I went to Antwerp to buy direct from a dealer and after one visit, my diamond dealer asked me "What are you going to do with this lot?" and I said "What I'd really like to do is to share with my customers the beauty and energy of loose rough diamonds in a bowl", and so I designed my "Couture Bowls" - to honour natural beauty in a free space.

1.618: What was the biggest challenge that you managed to take up?
A. M-H.:
[...] In 2009, when I started working with Oro Verde gold, I cut up my previous designs except for a very few pieces, sold the 'old' gold and almost started all over again, digging pieces out of a mine of my inner soul, as if those pieces had been lying there just waiting. I had no idea of the challenge that it would be. But once I knew of the possibility, for me there was no other choice.

1.618: What would be your advice to future entrepreneurs willing to launch a sustainable luxury brand?
A. M-H.: Follow your heart - Trust your instincts; people with more experience don't always know better! Look for a funding partner that can give you at least 3 years, unless you are already familiar with your brand on the market, before becoming sustainable.
Find a good network - Sometimes it help to think "That Rome wasn't built in one day" - though the market for sustainability is really un the way up now.
And then I think that "Luxury" may need a new definition: To me real luxury is only when love and respect are involved.

1.618: You never start your day without…
A. M-H.:
Taking the time to wake up, letting my mind open for the new day...

1.618: What is your motto?
A. M-H.:
I'll do my best... and a little more

1.618: In front of which situation did you think: “I have never seen something so beautiful?”

A. M-H.: Driving through Norway during the summertime, around each new bend of the road something more beautiful than the landscape you just passed through.

1.618: Which sustainable development challenge that you managed to resolve are you most proud of?
A. M-H.: I'm happy that I kept my faith in my beliefs that I was going in the right direction with my business - And working with my new designs with Danish black flint makes me especially happy - mirroring inside values in outside accomplishments.

1.618: Tell us about your main raw materials...
A. M-H.: Fairtrade gold and silver - and Fairmined gold and silver - So far primarily from Latin America, but mines in other countries have recently become certified. And recently the Danish black flint that I'm using with diamonds and silver and gold. Small pieces that I collect and sort in sizes and colours.

1.618: How did you integrate the social and societal aspects in the cycle of life of your product?
A. M-H.:
I do my best to choose sustainability wherever I can, eco friendly packaging; transport is decided by where I can obtain my raw materials, but using Danish raw materials helps somewhat. Manufacturing is made in Denmark. The majority of my customers are in Denmark, otherwise Norway, Germany, Great Britain, Hong Kong, USA.

1.618: How do you reduce your environmental impact throughout the cycle of life of your product?
A. M-H.: By using national raw materials, such as Danish amber and black flint. I also have a recent design with recycling cartridges. My eco packaging is manufactured in Denmark, I minimize my use of water where I can. Working to promote sustainability becomes by and by a natural part of living and of the work I do.

1.618: Why would your brand never be accused of ‘greenwashing’?
A. M-H.:
Because it's the real thing and my supplier's line is transparent.

1.618: Some particularly exceptional aspects of your brand are…?
A. M-H.:
My designs are my own and with a special expression. All my pieces are different from the other. Though some are cast, all go through crafting by hand. I work primarily with rough stones which make every piece unique.

1.618: What’s your brand’s latest news?
A. M-H.: Making designs with Danish black flint - Finding and sorting the material myself and using small pieces of black flint in my fine jewellery like the finest of gemstones - all set, of course, in Fairtrade or Fairmined silver or gold

1.618: We selected you as an actor of positive change; what is the next challenge your company wishes to take up?
A. M-H.:
Mostly I approach the challenges as I walk along. I find that thinking up the challenge never really works in the same way as seeing and choosing it while moving forward. Experience has taught me that, and it opens for a very different and much easier approach to life...

1.618: What else would you like our readers to know about you?
A. M-H.:
[...] Since I was a child, I decided to take major steps to choose the road ahead that was my own - and working for a better world with love and respect as the major values for my own life and my brand.



1.618: Quel a été l'élément déclencheur de la création de votre marque ?
Anna Moltke-Huitfeldt: À l'époque je travaillais en tant qu'artiste. Lors d’un été en 2001, j’ai créé une sculpture d’une femme avec des fils éléctriques en la parant de petits composants provenants de transistors, de vieilles radios. J’étais fascinée par le fait de manipuler des petites pièces, et comment je pouvais laisser aller mon esprit dans ce travail minutieux. J’ai immédiatement décidé de prendre des cours pour me former à devenir orfèvre !

1.618: Racontez nous une anecdote propre à votre marque...
Anna Moltke-Huitfeldt:
En 2007, j’ai commencé à travailler avec les diamants bruts de couleur. C’est en observant la beauté en 3 dimensions de l'un de ces diamants, que j’ai senti que j’avais trouvé ce que je cherchais depuis toujours. J'ai alors compris la direction que je voulais prendre avec ma marque. Voulant sélectionner les pierres moi-même, je suis allée à Anvers pour acheter directement chez un diamantaire. Après une visite, mon diamantaire m'a demandé ce que j’allais faire avec ce lot et je lui ai répondu “ce que je voudrais, c’est de partager avec mes clients la beauté et l'énergie des diamants bruts en vrac dans un bol” et j’ai créé mes “Couture Bowls” - pour honorer la beauté naturelle libre !

1.618: Quel défi majeur avez-vous relevé ?
A. M-H.:
[...] En 2009, quand j’ai commencé à travailler avec la mine d’or Oro Verde, j’ai décidé de reprendre tout à zéro. J’ai revendu tout mon ‘vieil’ or pour recommencer. Je n’avais aucune idée à l’époque du challenge que cela allait devenir. Mais une fois que j’ai estimé toutes les possibilités de l’or ‘vert’ il n’y avait plus d’autre option possible pour moi.

1.618: Un conseil aux futurs entrepreneurs du luxe durable ?
A. M-H.: Suivez votre cœur - faites confiance à votre instinct. Les personnes ayant plus d'expérience que vous ne savent pas forcément mieux ! Recherchez un partenaire qui peut vous financer au moins 3 ans, avant de devenir complètement ‘sustainable’.
Trouver un bon réseau. Parfois, il aide à se rappeler “que Rome n'a pas été construite en un jour” - et ce, même si le marché du ‘sustainable’ s’ouvre de plus en plus.
Je pense que le mot “Luxe" a besoin d'une nouvelle définition. Pour moi, le vrai luxe n’est possible que si l'amour et le respect sont impliqués.

1.618: Vous ne commencez jamais votre journée sans…
A. M-H.:
Vraiment prendre le temps de me réveiller, d’ouvrir mon esprit pour la nouvelle journée

1.618: Quelle est votre devise ?
A. M-H.:
Je ferai de mon mieux... et un peu plus

1.618: Devant quelle situation avez vous pensé: “Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau !” ?
A. M-H.: Conduire à travers la Norvège en été. À chaque nouveau virage, on découvre un paysage encore plus beau que celui que l’on vient juste de passer

1.618: Quel est le challenge développement durable dont vous êtes le plus fier ?
A. M-H.: Je suis heureuse d’avoir gardé foi en mes convictions et d’aller dans la bonne direction avec mon entreprise. Travailler sur mes nouvelles collections en silex danois m’enthousiasme particulièrement ! Mes créations sont le miroir de mes valeurs.

1.618: Parlez nous de vos matières premières...
A. M-H.: L’or et l’argent ‘fairtrade’ et ‘fairmined’ - L’or et l’argent proviennent principalement d’Amérique latine mais récemment de nouvelles mines ont été certifiées dans d’autres pays du globe. Depuis peu, je travaille également avec du silex noir danois que je combine avec des diamants bruts, de l’or ou de l’argent.

1.618: Comment avez vous intégré l'aspect social et sociétal dans le cycle de vie de votre produit ?
A. M-H.:
Je fais de mon mieux pour toujours choisir le durable dès que je peux : le packaging, le transport de mes matières premières (plus simple lorsque les matières premières sont danoises !).
Toute la fabrication de mes créations est faite au Danemark.

1.618: Comment réduisez vous votre impact environnemental ?
A. M-H.: En utilisant des matières premières brutes nationales, telles que l'ambre danoise et le silex noir. Mon packaging écologique est fabriqué au Danemark et je minimise l'utilisation de l'eau. Travailler pour promouvoir le ‘sustainable’ devient une part naturelle de ma vie mais aussi du travail que je fais.

1.618: Pourquoi on ne pourra jamais accuser votre marque de faire du ‘green washing’ ?
A. M-H.:
Parce que c’est bien le cas ! Et que ma ligne de production est totalement transparente.

1.618: Ce qu'il y a de particulièrement exceptionnel dans votre marque ?
A. M-H.:
Chacune de mes créations a une expression particulière. Chaque pièce est unique, a une part de travail artisanal et est différente d’une autre. Je travaille principalement avec des pierres brutes, qui confèrent à chaque bijou un statut unique.

1.618: Quelles sont les actualités de votre marque ?
A. M-H.: Créer de nouveaux designs avec le silex noir danois - En inclure des petits éclats dans ma ligne de bijouterie fine comme la plus belle des pierres précieuses !

1.618: Nous vous avons selectionné en tant qu'acteur du changement, quel est le prochain défi que votre entreprise souhaiterait accomplir ?
A. M-H.:
J’aborde les défis les uns après les autres. On relève un challenge plus efficacement en travaillant activement dessus qu'en essayant de l'analyser. L'expérience m'a appris cela, et cela peut se transposer dans la vie de tous les jours.

1.618: Qu'aimeriez vous que nos lecteurs sachent d'autre de vous ?
A. M-H.:
Depuis que je suis enfant, j’ai décidé que dans ma vie, je devais faire le choix d’avancer en traçant ma propre route, travailler pour un monde meilleur avec amour et respect. Ce sont ces principales valeurs qui ont fait de ma marque ce qu’elle est aujourd’hui.